Tchadanthropus-tribune est obligé de revenir sur ce sujet très sensible et dangereux pour la population de N’Djamena.

Depuis quelques jours cette histoire prend des proportions très négatives. Le coordonnateur du PNPT (programme national de la lutte contre le paludisme au Tchad) Dr Mahamat Saleh Issakha Diar affirme que toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement de la pulvérisation de la ville de N’Djamena, alors que toutes les études établies depuis la livraison de ces produits, que ceux-ci sont toxiques et dangereux pour la santé de la population.

Il faut bien noter que ce produit avec lequel on veut pulvériser la ville de N’Djamena est interdit en Europe et dans plusieurs pays depuis plusieurs années. Mahamat Saleh Issakha Diar affirme lui-même qu’il demande à la population de prendre des mesures de protection, de protéger les aliments, et quitter son domicile, puis ne revenir qu’après 2 heures, mais plutôt il fait savoir que le produit n’est pas dangereux. Cette contradiction ne rassure point les habitants de la ville qui sont ahuris face à cette situation.

Les 200 millions en jeu dans la commande et la livraison de ces produits, même si cela met sur la balance les intérêts des entités impliquées, ne doivent pas mettre la vie de nos citoyens en danger.

Le ministre de la Santé doit rapidement prendre les mesures pour suspendre cette opération qui est imminente. Sinon le responsable du PNPT Mahamat Saleh Issakha Diar assumera tout seul les conséquences qui en découleront de cette pulvérisation. 

Tchadanthropus-tribune

824 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire