Une triste nouvelle pour le Tchad, pour les Tchadiens, et pour les patriotes jaloux de la souveraineté nationale de leur pays.

L’ex-chef d’État tchadien est décédé tôt dans la matinée de ce mardi 24 août 2021 à l’âge de 79 ans. Il avait été admis dans une clinique ces derniers jours à Dakar (Sénégal) après avoir contracté le Covid-19.
 
Depuis plusieurs semaines, plusieurs organisations de droits de l’homme comme la RADDHO avaient demandé de leurs vœux que le président Hissein Habré puisse purger sa détention à son domicile, en résidence surveillée, dans les règles strictes de protection contre le Covid-19. Malheureusement les autorités sénégalaises au 1er rang Macky Sall et son ministre de la Justice, tout comme l’administration pénitentiaire, n’avaient pas pris au sérieux la dangerosité de la situation.
 
Nous en sommes là…
 
La nouvelle qui est tombée aujourd’hui est une triste nouvelle pour sa famille biologique, pour ses amis, et les milliers de partisans qu’il compte encore au Tchad et ailleurs.
 
Qu’on soit partisans ou contre, personne ne peut effacer du mémoire collectif des Tchadiens, les actes historiques et patriotiques que le président Hissein Habré a posés pour la nation tchadienne.
Il fut celui qui, avec son équipe de l’époque, avait remis sur pied l’administration tchadienne mise à terre à cause des différentes guerres civiles tchadiennes et l’occupation du Tchad par la Libye de Ghadafi.
 
Son opposition à la France et à la Libye lui a valu la cabale politique, du renversement de son pouvoir par la France de Mitterrand associée à la Libye et au Soudan, et en y installant un certain Idriss Déby. La cabale orchestrée lui imputer honteusement 40 000 morts, un chiffre contesté et contestable à diverses raisons, un chiffre brasement revu à la baisse par les Chambres africaines dites extraordinaires qui l’ont jugé à charge.
 
Malgré les 30 années de lavage de cerveau par les officines françaises et celle du régime Déby, beaucoup de Tchadiens ont compris très vite le montage cynique pour salir l’image de Hissein Habré.
 
Personne ne nie certaines dérives commises sous son règne, tout comme chaque régime dans le monde à ses dérives, mais pour autant dans le cas précis, on n’a pas cherché à situer les responsabilités, voulant absolument lui porter à lui seul la responsabilité de son règne.
 
Quoi que l’on dise, le Tchad perd en lui un grand patriote, un intellectuel rare, et un homme d’État.
 
Dans ce moment spécifiquement douloureux, Tchadanthropus-tribune présente ses condoléances à la famille biologique du président Hissein Habré, à ses camarades de lutte, à ses amis, proches et connaissances, et au peuple tchadien.
 
Nul être n’est censé ignorer la mort, tel est la destinée de toute l’humanité.
 
Puisse Allah tout puissant, combler le défunt de sa sainte miséricorde, et lui ouvre les portes du paradis céleste.
 
« À Dieu nous sommes, et c’est vers lui seul que tout être reviendra »
 

Tchadanthropus-tribune

1037 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire