Après le forum national inclusif voulu et tenu par le MPS et ses alliés, Mme Mariam Mahamat Nour a été nommée au poste stratégique du secrétariat général du gouvernement chargé des réformes. Pour plusieurs observateurs de la vie politique du régime Déby, cette nomination est présentée comme un remerciement pour le travail accompli au forum. De l’avis des techniciens, madame Mariam Mahamat Nour requiert les compétences pour faire ce travail de liaison entre les entités en question. Mais pourquoi ne pas avoir profité de ses compétences bien avant, et ne la ramener devant la scène que parce qu’elle s’est illustrée au forum ? C’est ainsi, et à cet exemple que le Tchad perd toujours ses compétences.

 

Assia Abbo, un tour puis s’en va. Elle paye au sein du régime MPS sa légèreté en tant que membre du gouvernement. Après investigation, l’ancienne secrétaire générale du gouvernement est suivie et filée depuis un moment par les services. Le 1er ministre PPA l’aurait suspecté de faire les copies des décisions entérinées par lui, et de les partager sur le Net. Depuis plusieurs semaines, Mme Assia Abbo est épiée, et suivie dans ses contacts depuis le début de l’élaboration de la liste des membres du présidium pour le forum national inclusif cher à Idriss Déby.

 

Une copie sans signature aurait atterri sur les blogs en ligne des opposants et autres activistes. Depuis lors, Pahimi Padacké aurait clairement suspecté madame Assia Abbo, mais voudrait avoir les preuves de son accusation. Un piège lui a été tendu, et elle est tombée en plein dedans. La source affirme, qu’au lieu de défendre son directeur de cabinet Mr Gaourang Mamadi N’Garkilo, elle l’a accusé d’être la source de la fuite. Malgré sa défense, et le fait d’avoir nié, le dircab fut limogé. Pensant être à l’abri pour la énième fois, et à sa grande surprise, un décret vient d’annoncer son limogeage et remplacer par Mme Mariam Mahamat Nour. Pourquoi une énième fois, car de manière semblable, elle aurait eu aussi la tête d’un certain Hamdi Khalifa membre du protocole de la primature. À l’époque, Mr Hamdi Khalifa lui aurait remis un document officiel et le lendemain ce même document s’est trouvé sur le Net. Mr Hamdi Khalifa a été remercié, il a perdu son poste parce que le 1er ministre Pahimi Padacké l’aurait suspecté d’être la taupe. Mais hélas, elle ne savait pas que l’étau se resserrait sur elle, jusqu’à la preuve formelle du 1er ministre PPA. Notre vendeur de margouillats à tête rouge trouva sa cible déjà sur le collimateur et ne manqua point de faire savoir à qui de droit. La décision est tombée, Assia Abbo ira fleurir la somme des bannis.

 

Sur le site Tchadanthropus-tribune, nous avons toujours dénoncé les profils de complaisance et les nominations extravagantes des personnes qui ne peuvent amener une plus-value de compétence par rapport au poste où elles sont nommées.

 

Gageons que la 4e république peut faire appel à ses fils compétents, les bras valides capables d’initier les projets, de mener à bien les fonctions publiques de notre pays. Des Tchadiens compétents existent dans notre pays, si le pouvoir ne continue pas dans la gabegie et fait instaurer l’autorité de l’État. Nous pensons à tous ces techniciens, ingénieurs, cadres des mines, des Finances, des travaux publics, des techniciens d’électricité et d’eaux, des banquiers de formation, dotée de vrais diplômes, et qui continuent de cirer les bancs publics, s’ils ne font pas du griotisme pour le pouvoir. Un griot est pas essence une entité qui n’a point d’assurance pour lui, une identité fragile, manipulable.

 

Ce sont tous ces gens qui entourent le pouvoir et qui lui font entendre des mensonges au lieu de dire ce qui ne marche pas réellement.

 

Si notre pays va en catastrophe, c’est parce que ces griots usent de leur incompétence pour sévir et détourner les biens du peuple. Si Idriss Déby est le 1er responsable de la déroute que subit notre pays, beaucoup d’entre ceux qui l’entourent en portent une responsabilité profonde. Nous avons toujours tendance à indexer les Zaghawas alors que chacun d’entre nous à un parent accrocher dans les grilles du pouvoir MPS et qui le sert avec une démagogie déroutante. Il suffit de regarder ceux qui étaient au forum. Si un d’entre eux perd son poste, ils sont les premiers à porter les critiques – Déby est mauvais, son pouvoir est mauvais, il fait tout avec Hinda, etc. Dès qu’on les remet en selle, ils ferment leurs clapets et disparaissent dans la nature. Donc Déby n’est pas seul comptable de ce régime même s’il en est le 1er inscrit sur la liste pénale.

 

Ils ont tous travaillé avec lui, ils ont pris aussi des décisions sans lui et avec lui, pour les entériner.

 

Les mensonges et les incompétences n’ont servi qu’à asseoir des résultats médiocres. Le tribalisme n’a servi qu’à faire des chantages d’une communauté, et prétendre vouloir servir, sinon la communauté mécontente s’érige contre le pouvoir.

 

Toutes les communautés présentes au Tchad usent de cette manière pour faire accéder un de leur fils à une responsabilité. En bon directeur de ressources humaines, Idriss Déby a su gérer ces Tchadiens qui n’ont aucune âme patriotique, aucun nationalisme de circonstance. Tous, sans exception viennent dilapider les ressources du peuple, à croire qu’une patrie n’existe que par ces fondements illusoires, et ces attributs médiocres dans une démocratie.

 

Le Tchad notre pays est utilisé par chacun d’entre nous pour ses parents, depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui, rare sont ces chefs d’État qui ont servi le peuple dans son ensemble, rare aussi ceux qui ont jeté les bases d’une vraie république. Idriss Déby croit se faire une virginité en prônant la 4e république. Il croit absoudre les fautes assez graves posées par une nomenclature qui a exercé et entériner ses décisions à l’échelle de la nation. Les Tchadiens ne peuvent croire rien que par la théorie qui encense un vent nouveau, dans un ensemble qui en 28 ans n’a excellé que dans le clientélisme, le népotisme, et les détournements des choses publiques. Pour s’en défaire, il faut une justice réelle et apolitique, une punition exemplaire pour tout voleur de la république sans marchandage et calcul politique, mais non comme ce que les citoyens ont vu faire pour un certain Saley Deby entre autres. La justice, seul levier à dire et dénoncer l’abject comportement de prédateurs qui gravitent autour du pouvoir. Sans elle, et son impartialité, rien ne fera convaincre nos compatriotes aux slogans du vent nouveau.

 

Le peuple tchadien a trop attendu, il n’a rien vu, ne venez pas lui chanter des chimères. La 4e république sera scrutée dans ces méandres et sans complaisance.

Tchadanthropus-tribune

 

 

3030 Vues

  • J’aime le point de vue de cet article, en effet si tout le monde pouvait aussi comprendre que le travail bien fait , les compétences valorisées sont nécessaires dans la construction d’un état de droit nous serions déjà très avancés sur plan de développement.

    Commentaire par MADY GUISSIENG le 1 septembre 2020 à 0 h 05 min