L’équipe du DG Kogri et son adjoint Beguera est en train de recouvrer les milliards de FCFA volés à la SHT avant de donner suite à l’affaire.

Depuis des années, les services de l’ANS n’étaient cités que sur des cas malheureux de crimes, d’arrestations arbitraires et autres méfaits envers les Tchadiens. Mais, cette institution commence par prendre une notoriété positive grâce à la traque des voleurs de la république. Si les crimes en d’autres temps ont été dénoncés, il faut aussi saluer le travail d’investigation, d’arrestation et de recouvrement établis au nom de l’État.

Selon nos informations, Idriss Youssouf Boy aurait reconnu la somme de 8 milliards détournés dont 4,5 milliards ont été récupérés et gardés dans les locaux de l’ANS sous haute surveillance.

Il en est de même pour le DGA de la SHT qui a reconnu un détournement de 5 Milliards de FCFA dans cette affaire, et dont 2 milliards de FCFA ont été récupérées et garder sous haute protection.

L’objectif principal, selon nos informations, est de retrouver les traces des sommes manquantes et les complices qui les ont aidées auprès des cambistes.

Le PCMT serait droit dans ses bottes, et donnerait carte blanche aux services de faire la lumière sur toute action de détournement improvisée. Plusieurs entreprises d’État seraient listées par l’ANS pour des investigations approfondies. Plusieurs cadres de grosses boîtes de l’État se servent à la vue de tous, bombant la poitrine et affirmant tout haut « qu’ils ont pris leurs parts ».

De quelles parts s’agit-il ? Celui de spolier les biens des Tchadiens ?

Voleur un jour, voleur toujours.

Les voleurs baleines.

À l’image de certaines entreprises, une est citée sur toutes les lèvres au Tchad. Idriss Deby avait de son vivant permis des habitudes qui ont désabusé les codes de marché public. SOGECT- baleine Tchad avait bénéficié de tous les privilèges. Octroi de marché gré à gré, créer des avenants sur avenants jusqu’à multiplié des sommes colossales en centaines de milliards de FCFA, Octroi de projet jamais réaliser à terme, l’argent encaissé et le projet n’a jamais vu le jour, ou une espèce de bricole loin des respects des normes.

La baleine SOGECT illustre à elle seule l’index de transparency internationale, et les Tchadiens ne doivent plus craindre la justice, même si celle du Tchad est corruptible, ailleurs il y a des institutions qui peuvent leur lire le droit.

Plusieurs acquisitions de marchés qui n’ont jamais vu le jour.

Un supermarché devrait être construit, il n’a jamais vu le jour. L’argent a été encaissé (plusieurs milliards de FCFA) malgré des dizaines d’avenants. D’autres projets suivent le même processus. Entretemps, des investissements sont faits au Soudan, en Égypte, et surtout en Éthiopie.

L’argent du contribuable dilapidé sert à être écoulé dans d’autres pays alors qu’au Tchad les citoyens crient à la famine.

Combien de projets n’ont pas vu le jour, alors que des milliards ont été retirés du trésor public. Et personne n’est inquiété, d’une impunité totale, tout simplement parce que le petit homme est de la communauté, un parent, de surcroît un neveu.

Carte d’Identité, passeport, carte grise, permis de conduire, malgré que la donation est illicite, pour que l’état reprenne son bien, il se pourvoit en cassation et attaque l’état pour le déposséder de plusieurs milliards de cassures de contrat.

À la CNPS, le nettoyage financier a été de grande envergure, sur les traces de certains projets, encore le nom de SOGECT baleine Tchad apparaît. L’entreprise fut siphonnée de long en large, encore avec des avenants, les mêmes avenants. Dans le milieu des affaires, certains entrepreneurs appellent le DG de la boîte, Mr « Avenant ».

Pour les bus du campus des étudiants de l’université de Toukra, SOGECT baleine Tchad a encaissé 190 millions de FCFA, rien que sur l’entretien de feux de signalisations, changement de bougies entre-autres.

Le nettoyage et entretien des locaux de la télévision nationale tchadienne, un contrat de quelques milliards par an avant d’être revu à la baisse quand les journaux locaux et Tchadanthropus-tribune avaient dénoncé.

Est-ce que ces gens peuvent se regarder chaque matin devant un miroir sans un brin de conscience, ou ne connaissent-ils pas la signification du mot voleur dans un dictionnaire.

La SOTEL en point de mire.

Depuis quelque temps, les magouilles très en profondeur sont diligentées pour récupérer SOTEL à moindres frais. SOGECT baleine Tchad faite appel à des expatriés de la Côte d’Ivoire pour lui faire des études pour la reprise à moindre coût.

Les mêmes pratiques comme ce fut le cas des passeports et carte d’identité, carte grise et permis de conduire sont en train d’être répétées avec SOTEL Tchad qui est une entreprise d’État.

De quoi les Tchadiens ont-ils peur jusqu’à céder leur patrimoine?

Il y a plusieurs institutions de par le monde, et à travers l’Afrique pour que les Tchadiens se constituent pour aller déposer une plainte au nom du peuple. Transparency internationale est saisie de ces pratiques de SOGECT baleine Tchad. La diaspora à travers son équipe d’expert qui a esté le régime à La Haye par le concours des avocats internationaux doit se préoccuper du sort de cette entreprise mafieuse qui continue de siphonner le trésor public tchadien…

Nous reviendrons sur le cas des autres voleurs.

Tchadanthropus-tribune

2098 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire