Les Tchadiens de la capitale renouent avec le délestage intempestif de l’électricité, pire, même l’eau devient une denrée rare dans certains quartiers de la capitale. Des coupures d’électricité dépassant les 20 heures dans une journée. Aucune explication n’est fournie à la population assez souvent mise devant les faits accomplis. La population dénonce cela, mais aucune autorité n’est montée au créneau pour amener la moindre explication. Selon certains correspondants, il y a des quartiers dans la capitale tchadienne qui n’ont pas d’électricité depuis plusieurs jours. Si cela s’avère vrai, il faut que les autorités en charge des énergies expliquent leur défaillance. Pourquoi au 21e siècle les Tchadiens doivent subir ce tort alors qu’ils payent leurs factures d’électricité ? L’électricité dans un pays est facteur de développement et de progrès. Sans électricité l’économie perd de son essor. Et c’est ainsi qu’on veille loger le Tchad.

 

Au fort de cette crise, un décret vient limoger le DG (directeur général) de la SNE (société nationale d’électricité) Mr Adoum Ismaël et son adjoint un certain Adoum Djouminho Djouma. Ils sont remplacés par Mrs Jean Paul M’Batna (DG) et Nassour Mahamat Delio (DGA). Mais aucune explication officielle sur ce limogeage. Est-ce que le régime MPS voudrait les sacrifier pour expliquer cette carence ? Pourtant selon l’explication d’une bonne frange de la population, l’équipe sortante avait fait un travail progressif pour permettre à la capitale tchadienne d’oublier pendant plusieurs années les délestages. Crise sociale et délestage, les Tchadiens continuent de vivre dans l’enfer, jusqu’à quand ?

 

  • Tchadanthropus-tribune

 

1755 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article