Les chômeurs diplômés en instance d’intégration à la fonction publique ont organisé l’opération tintamarres pour exiger l’intégration de 20 000 jeunes comme l’avait promis Idriss Déby.

Tôt ce matin, les jeunes diplômés ont exprimé leur ras-le – bol à travers une opération dénommée « Tintamarres » qui est la suite logique de leur mouvement de revendication déclenché depuis le 5 FÉVRIER.

À Walia dans le 9e arrondissement et Gassi dans le 7e arrondissement, de jeunes diplômés devant leur domicile ou dans leur concession ont fait de bruits avec des sifflets et casseroles.

Adissou Dibam, un des délégués des diplômés en instance d’intégration à la fonction publique que nous avons joints, indique que la commission technique mise en place pour le recrutement des 20 000 jeunes diplômés en 2020 a cessé ses activités depuis le 31 janvier 2020 et c’est un mauvais signe pour les diplômés qui attendent impatiemment leur intégration.

Pour ADISSOUM DIBAM, les diplômés vont poursuivre leurs manifestations jusqu’à la satisfaction totale de leur revendication.

Selon un des porte-paroles des diplômés en instance d’intégration à la fonction, 07 manifestants ont été arrêtés le 05 février lors de la manifestation et ils étaient gardés aux Renseignements généraux, mais transférés ce midi au Commissariat de l’Ordre public numéro 2, COP2 dans la commune du 2e arrondissement.

Les manifestants arrêtés le 05 février sont, dit-il : Grégoire GOLONG HAMANSAYE, BENOUDJI REOUKOULA, BABAGUI Ismaël, VASSOU BACTAR MADI, RONGONE Léopold, DOUNIA PLATOU, et Aimé ASSADJI BONA 

En prison, ils ont été visités aujourd’hui par le Procureur de la République et seront déférés demain lundi au Parquet nous informe-t-il.

Tchadanthropus-tribune avec Dja-FM

688 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire