Depuis quelques semaines, il y a comme une omerta qui plombe la société tchadienne dans son ensemble, et mets encore plus en mal, le vivre ensemble dans notre pays, le Tchad.

De la répression sanglante et suffocante dans la ville d’Abéché, au maçon abattu par son employeur, aux assassinats anonymes dans les différentes villes du Tchad sans que les auteurs des actes macabres ne soient interpellés, hier un jeune diplômé de l’université de N’Djamena Seryabé Fauba, en quête d’emploi fut assassiné vers Koundoul et sa moto arrachée.

Que proposent les autorités politiques et sécuritaires du pays pour les populations qu’ils sont censés défendre et secourir ? Les Tchadiens ne continueront pas de sévir et payer continuellement le prix de sang chaque jour.

Il n’y a pas un jour, où une nouvelle réjouissante ne vient panser les cœurs. Il n’y a que des deuils en permanence, des silences complices, et des frustrations à perpétuité. Comme l’exprimait quelqu’un hier soir à la nouvelle de l’assassinat du jeune compatriote, le régime CMT doit s’illustrer sur la sécurité des Tchadiens, un régime à l’index de l’aspect militaire doit prendre sa responsabilité s’il ne voulait se retrouver face aux discrédits.

Entre les répressions sanglantes, les manipulations des certains oligarques du régime, le maçon qui reçoit plusieurs balles d’une arme de guerre de son employeur, et le jeune assassiné pour sa moto, le gouvernement de transition et le CMT aggravent sa posture, et risqueraient d’être illégitime face aux problèmes qu’ils ne peuvent régler en temps réels.

Une fois de plus, nos condoléances aux familles éplorées.

Tchadanthropus-tribune

831 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire