Ministre de Commerce

Les Tchadiens ne vivent pas, ils survivent.
Pour votre gouverne, prière diligenter une mission d’inspection sur les marchés de la place, vous saurez le degré de la cherté de la vie au pays de toute :

Un sac de sucre de 50 kg, le prix varie entre 45 000 f à 50 000 f. Un bidon d’huile de 20 L à 30 000 FCFA ;
Un sac du riz de 50 kg à 25 000 FCFA, grains cassés 35 000 FCFA ;

Il est aberrant que même le prix des moutons n’ait pas échappé à la hausse malgré que le Tchad soit qualifié de pays d’élevage. Le prix oscille entre 60 000 FCFA à 100 000 FCFA.

Bref, tous les prix des denrées alimentaires sont en perpétuelle augmentation.

À l’inverse la grille salariale reste constante sans que personne n’ose en débattre, ne reste que pour améliorer le niveau de vie du pauvre tchadien. Alors, si rien n’est fait dans les jours à venir, la situation du tchadien lambda sera intenable.

La subvention des denrées alimentaires par l’État est une urgence pour notre survie.

Avec la présente inondation, ne soyez pas surpris du pire.

Urgent signalé

Togoï Chidi Djeky Martami

1112 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire