Encore et encore, un énième exemple de détournement. À force de les dénoncer, on dirait que cela pousse les responsables tchadiens à s’en donner à cœur joie, sans aucune impunité de la part de l’exécutif tchadien. À force d’aller mentir à Idriss Déby que c’est l’imagination des opposants et autres activistes, chacun d’entre nous découvre malheureusement la réalité des vols de l’argent du contribuable.

 

Au Tchad, dans le sport football, la FIFA, une instance internationale verse dans l’année presque un milliard de FCFA (le chiffre n’est pas exact, mais il s’en rapproche). Cet argent au lieu d’aller vers les sources des allocations du Football, échoue dans les poches des individus avec l’exécutif de la fédération tchadienne de football.

 

Un trio de mafieux à la tête de la fédération tchadienne de football continue de tirer le football tchadien vers le bas. En effet, le football tchadien a complètement sombré par la faute des responsables de la fédération qui sont venus uniquement pour s’enrichir. Un détournement à ciel ouvert et personne, même Idriss Déby s’il est mis au courant, ne peut lever le petit doigt. Un certain Moctar connu de tous, avec aucune compétence dans le sport, s’impose à tous à cause de sa filiation diton avec les tenants du pouvoir. Il gère comme il veut l’argent de la fédération, au nez et à la barbe de chaque ministre des sports nommé, et il n’a de compte a rendre a personne. Cette personne menace et terrorise nos compatriotes qui ont la science du sport. Ceux qui ont étudié et pratiqué le sport à l’exemple des N’Doram, Toko, Daouda Bengali, Abakar Hunwanou et les autres, qui connaissent le football tchadien et qui veulent y contribuer pour son ascension. Moctar était un ex-combattant douanier communément appelé Bogo-Bogo au Tchad dans le langage usuel autochtone, comme pour dire clandestin sans aucune connaissance du domaine. Moctar se définit comme un Zaghawa proche d’Idriss Déby. Vrai ou faux, beaucoup comme lui fraichement venu du Soudan voilà 27 ans dans les malles du MPS, et qui terrorise les Tchadiens parce qu’ils portent des armes, ils sont capables d’assassiner sans que daigne les reprendre l’autorité compétente. En vérité, certains utilisent le vocable Zaghawa sans aucune définition, et plusieurs salissent ladite communauté au gré de la situation et de l’opportunisme présents. C’et les autres Tchadiens qui se laissent faire, en ouvrant ainsi la boite à pandore qui a permis à certains malfrats de s’y engouffrer. Moctar doit dégager et convoqué à la justice pour qu’il explique où est parti l’argent des Tchadiens depuis une décennie de management avec les résultats qu’on connaît.

Mr Foullah, un commerçant qui a fait faillite, et reconnu comme un faussaire devant la justice et la société tchadienne. Il ne fait pas non plus dans la dentelle parce qu’il participe profondément à la déchéance du sport tchadien en acceptant le détournement que lui ordonne Moctar. Il est passible de complicité de détournement d’argent public, de faux et usage de faux, et de concussion. C’est lui qui traficote les documents pour les officialiser et les légaliser.

 

Mr Kadre Saleh, après avoir siphonné la caisse nationale de retraite et rallié le MPS comme couverture, il se drape dans la carapace du leader politique de la région de Masséneya. Fort de cette stature, il participe aussi dans le bal du désordre et détourne à son échelle l’argent destiné aux enfants du peuple. Ceux qui le connaissent pour son appétit lucratif affirment qu’il n’est pas non plus un enfant du cœur.

 

À eux trois, ils ont dilapidé tous les fonds destinés à la promotion du football. Le dernier détournement réalisé et découvert par l’inspection générale de l’État (IGE), est cet argent alloué aux clubs de football (Ascot et Renaissance) qui devaient participer à des compétitions continentales. Les deux clubs ont honoré leur engagement en allant s’endetter auprès de quelques bailleurs. Quand le chèque qui leur est dû est arrivé au trésor public, Mr Foulah est parti décharger et encaisser l’argent (photo du chèque en exemple). Si le club de la Renaissance a fermé les yeux parce que Mr Moctar est à la fois président de Renaissance et président de la fédération, les sociétaires de la Cotontchad ont porté l’affaire devant la justice pour entrer dans leur droit.

 

Cet énième détournement est une occasion et doit servir d’exemple de sanction pour que le ministère en charge du sport aille donner un coup de pied dans la fourmilière. Si réellement on veut que notre football décolle, il faut admettre des vraies décisions, faute de quoi on va continuer à se lamenter continuellement, et le trio ci-haut cité va continuer à s’engraisser avec l’argent des Tchadiens sans que personne ne bronche.

 

Tchadanthropus-tribune

 

 

2992 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article