Le président IDRIS DEBY ITNO est décédé de manière inattendue, le 20 avril 2021, projetant le pays dans une période de gouvernance transitoire. Une situation dans laquelle, il est difficile de croire que les engagements nécessitant les finances publiques seront effectivement tenus, même si on veut admettre que l’état est une continuité. Surtout que si ces engagements ne s’inscrivent pas dans les priorités de l’heure. Ce qui est peut être rassurant, c’est que le gouvernement de la transition que dirige M. PAHIMI PADAKE ALBERT, 1er ministre, a reconduit M. ROUTOUANG MOHAMED NDONGA CHRISTIAN, dans ses fonctions de ministre de la Jeunesse et des Sports.

Depuis sa création, par décret n°0490/PR/MJS/2021 du 12 mars 2021, le Comité National de Gestion Provisoire du Football au Tchad (CNGPFT) ne s’est réuni qu’une seule fois, le 5 mars 2021 à N’Ndjamena, sous la houlette du ministre de la Jeunesse et des Sports. Une réunion de prise de contact entre  les membres  et l’autorité de tutelle. Ce fut l’occasion pour le ministre de :

  • rappeler les missions du comité,
  • d’indiquer que, sa mise en place marque le départ de la réforme des textes et de l’organe de gestion du football tchadien,
  • demander au comité : de se renforcer par des compétences susceptibles de l’aider dans son fonctionnement et d’élaborer rapidement un budget lui permettant d’avoir les moyens nécessaires pour conduire son travail.

Le ton est ainsi donné. Le président du comité, M. JAPHET NDORAM et les personnes ressources dont M. EMMANUEL MARADAS, ancien journaliste à la RNT et ancien responsable de communication à la FIFA, qui l’ont accompagné, ont certainement pris la mesure de la mission. Ils ont mis à profit leur séjour pour échanger avec les membres, arrêter quelques actions prioritaires et effectuer des contacts utiles.

Conformément au mandat de 12 mois (art.3) fixé au comité, 2 mois se sont déjà écoulés. Un temps perdu qui s’ajoute à l’incertitude de la nouvelle donne, en cours dans le pays. Mais, le ministre des sports étant reconduit, l’espoir de continuer la mission demeure, même s’il lui sera difficile de tenir les engagements pris, notamment en matière de logistique et de moyens financiers.

Toutefois, si l’espoir est encore permis, le comité se doit de continuer le travail de réflexion, de recherche de solutions et d’organisation de ses missions. Au-delà de celles que lui fixe le décret, il serait judicieux de commencer par l’examen minutieux des raisons qui ont conduit, entre autres, au retrait définitif de la délégation de pouvoirs à la Fédération Tchadienne de Football Association (FTFA). Celles-ci sont énumérées dans le courrier n°0157 du 27 novembre 2020 du ministre de la Jeunesse et des Sports, adressé à la Fédération Internationale de Football Association (FIFA).

En effet, si les résultats sportifs dans les compétitions internationales des équipes nationales, les SAO, toute catégorie confondue, et ceux des clubs, sont décevants, voire absents, il est reproché également à la FTFA, tout le long de son mandat, un manque de leadership et de vision. Et ce, malgré un financement annuel conséquent, de plus d’un milliard de francs CFA versé par le gouvernement, sur les trois dernières années (2018, 2019,2020). Ces versements sont relatifs en priorité, semble-t-il, aux regroupements, préparations et déplacements des équipes nationales.

De plus, il est constaté quelques incohérences dans les statuts qui sont contraires à la loi n°026, portant charte nationale des sports au Tchad. Il a été demandé la révision de certains articles, notamment : 10 ; 37.3 ; 37.4 ; 37.5, avant la tenue de son assemblée générale élective du 12 décembre 2020. Ce qui ne fut pas le cas. L’AG élective a reconduit par vote à main levée la liste du candidat sortant, seul qualifié.

Le comité serait bien avisé de prendre en compte ces raisons ci-haut citées, qui sont à la base des actes successifs du ministre des Sports, et qui ont conduit à la suspension jusqu’à nouvel ordre, par les instances du football international, CAF et FIFA. Le décret présidentiel définit, certes, les missions ciblées du comité, mais il revient aux membres de choisir, après examen de la situation, l’ordre des priorités des actions à mener. A cet effet, le comité pourrait créer éventuellement, quelques commissions thématiques, notamment :

  • Affaires courantes : constat et état des lieux de la situation laissée par la FTFA,
  • Juridique : examen des textes réglementaires (loi, décrets et arrêtés), des statuts de la FTFA et propositions de révision,
  • Compétitions : définir les catégories, déterminer les zones et cadres de compétition en tenant compte des dates officielles, du début et fin de la saison sportive au Tchad,
  • Centre de formation de Milézie : organisation, administration, gestion, détection, etc.,
  • Équipes nationales, SAO : critères des sélections, organisation, préparation, stratégie, etc.,
  • Budget : élaboration, gestion et recherche d’autres sources de financement.

Du pain sur la planche, le comité en aura. Il appartient aussi et surtout, au ministre de la Jeunesse et des sports, de montrer une fois de plus, l’audace qui le caractérise, en plaidant auprès du Comité Militaire de Transition et du Gouvernement, pour la réalisation de ce projet cher au Maréchal du Tchad (paix à son âme). La survie du CNGPFT en dépend, tant l’espoir suscité auprès des jeunes, des acteurs et autres amoureux du football tchadien, est immense.

BANGALI DAOUDA Boukar

       Bureau d’Etude et Conseils en Sport

       Email : b.daouda87@yahoo.com

       Tel : +33 6 13 82 96 26 

668 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire