De sources dignes de foi, Abali Salah serait dans de beaux draps. Lui qui s’est mis la majorité du Tibesti à dos, en obéissant au doigt et à l’œil à Idriss Déby, contre ses propres parents.

Il a fallu simplement que les neveux d’Idriss Déby aillent se plaindre à lui en des termes non équivoques, affirmant au passage que le sieur Abali Salah aurait remplacé au pied levé certaines personnes proches de Déby, et dont l’incapacité technique est plus qu’avérée. Ces messieurs qui ont accouru se plaindre à Déby ont savonné le plancher à “Trump“ (petit nom donné à Abali Salah), en montant la mousse jusqu’à déborder.

L’ANATS a toujours été un panier à crabes. Plusieurs incompétents y faufilent pour en tirer des dimes, alors qu’ils ne font que du surplace. Des postes créent çà et là pour caser des neveux, cousins et autres voraces de la République.

Aussi véhément et non tactile, Abali Salah aurait renvoyé plusieurs personnes venues dans le sillage de l’ancienne administration. En les renvoyant, Abali Salah ne savait pas où il posait les pieds. Il est allé toucher un fusible très sensible. Les neveux débarqués ont bien monté Idriss Déby, tançant Abali Salah à merveille jusqu’à l’accuser d’avoir détourner des sommes colossales d’argents.

Selon nos sources bien introduites, Idriss Déby remonté à bloc est attendu à N’Djamena pour des prises de décision – mutation – éviction – éjection, le Tout-N’Djamena glose de rumeur et attend de voir la réaction de Déby après son retour d’Amdjaress.

Abali Salah doit savoir qu’assez souvent, qu’entre l’arbre et l’écorce, l’immixtion est difficile. Il l’apprendra à ses dépens, lui qui a choisi de servir corps et âme Idriss Déby jusqu’à combattre les siens et le peuple tchadien. Il sera pressé comme un zeste de citron et largué comme tous ceux qui ont accepté de servir la dictature aveuglément.

Quand il s’agit de servir les siens, Déby n’a pas d’amis. Il n’est reconnaissant d’aucun service. L’individu sera humilié sur la place publique sans aucun état d’âme. Plusieurs exemples devraient servir à ouvrir les yeux de ceux qui accompagnent avec des ornières la dictature depuis maintenant 3 décennies.

Combien sont-ils ? Ceux qui ont été débarqués parce qu’ils ont osé toucher un proche en poste ?

Les sources d’informations confirment que ledit Trump alias Abali Salah serait en partance pour le Tibesti, avec armes, bagages et argents afin d’acheter les consciences et combattre les siens qui s’opposent à la barbarie de la dictature. Sans état d’âme Abali Salah ne se fait pas bonne conscience que Déby l’utilise contre les siens en lui faisant porter la responsabilité des crimes de sang.

Se faire accompagner des chefs de cantons (Zoumri et Zouar) décrétés aux ordres, ne lui donne pas le blanc-seing dans cette aventure. Il est temps que Abali Salah sache que les siens seront toujours là pour lui tôt ou tard, mais pas Idriss Déby qui n’hésitera pas de le sacrifier à la moindre occasion.

A bon entendeur…

Correspondance particulière

Tchadanthropus-tribune

3456 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article