Une semaine après l’accrochage entre les éléments déserteurs de l’UFDD et les Toroboros d’Abdallah Banda, les langues commencent par se délier.

En effet, dans l’accord entre les déserteurs de l’UFDD qui devraient rallier, l’état-major de Déby avait demandé à ces déserteurs d’attaquer le campement d’Abdallah Banda, de le capturer vivant pour le remettre à Idriss Déby. L’objectif recherché par le régime Déby est de vouloir remettre Abdallah Banda au régime d’Oumar El Béchir qui restait froid depuis que Déby a reçu à Amdjaress un certain Mini Arkou Minaoui, qui fut à son tour doté de finance afin d’attaquer les rebelles tchadiens dans le Sud libyen.

Avec ces hommes plusieurs orpailleurs civils.

Les positions GPS et la géolocalisation de Banda furent remises aux déserteurs de l’UFDD, mais des éléments à l’intérieur du système Déby avaient alerté Abdallah Banda de ce qui allait se passer. C’est ainsi que Banda aurait déployé ses hommes pour tendre une embuscade aux déserteurs de l’UFDD.

Depuis cet accrochage, Abdallah Banda aurait pris l’essentiel de son matériel de guerre pour décamper de la zone. Il aurait rejoint le camp de l’UFR avec plus de 400 hommes.

48 heures après son départ, le régime Déby a investi l’ancien camp de Banda, mettant sa machine de propagande en marche. Grâce aux drones et avions de renseignements de barkhane, l’état-major de l’armée tchadienne s’est donné une mission, celle de capturer Abdallah Banda vivant. Plusieurs hommes seraient à ses trousses pour aller le débusquer dans ses derniers retranchements. Au-delà du comité populaire de Miski ou des rebelles tchadiens, Abdallah Banda est devenu en un laps de temps l’ennemi public numéro un pour Idriss Déby et ses laquais. Le compte à rebours est lancé…

Tchadanthropus-tribune

1006 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article