Le DNIS a démarré cahin-caha comme nous avons pu le relater. Force est de constater que la politique de paix et de réconciliation a posé le principe selon lequel les portes du dialogue restent ouvertes pour tous ceux qui veulent le rejoindre à tout moment. Ce principe d’ouverture et de rassemblement est utilisé, aujourd’hui, comme une brèche pour semer la confusion et le désordre autour du DNIS. Faut-il rappeler que Succès MASRA a posé d’une part, les conditions de non-participation du PCMT et des membres du gouvernement aux élections à venir et d’autre part, que dans la salle du dialogue, une parité soit effective dans la composition des participants entre son parti et celle du pouvoir, pour prendre part au dialogue.

M Succès Masra a reçu toutes les médiations menées par l’Union Africaine, le Qatar et autres personnalités. Il a refusé de bouger de ses positions. En voie de conséquence, il est libre de ne pas participer au Dialogue national mais a-t -il le droit de créer un désordre, des troubles en organisant des manifestations interdites pour empêcher les autres composantes du pays de dialoguer ?

Toujours sur le registre de la manipulation médiatique, il a sollicité le soutien de personnalités politiques comme Ousmane Sonko, si peu informé de la situation politique tchadienne, en actionnant le levier d’une solidarité mécanique découlant de l’appartenance à une même organisation politique sous-régionale. Aujourd’hui, M Sonko est engagé contre le système francafricain, alors que Succès Masra y est en plein dedans d’où ses multiples va et vient pour concertations au Quai d’Orsay. Succès Masra a refusé d’apporter son soutien à ceux qui demandaient que la France cesse ses ingérences au Tchad. Beaucoup d ‘erreurs dans le texte de M Sonko en soutien à Succès Masra. Il n’y a, par exemple, jamais eu de « dialogue du peuple » initié par Succès Masra qui serait plus populaire que le DNIS. On ne peut pas dire que « la jeunesse tchadienne » est derrière M Masra qui a, certes, le soutien de ses militants. Si M Sonko pense que les ressources minières appartiennent au peuple, M Succès Masra a déclaré, il y a à peine 48 h, que le pétrole appartient aux villages, aux régions d’où il est tiré. Une vision ethniciste, antinationale aux antipodes de ce que déclare Ousmane Sonko.

L’agitation n’engendre pas toujours des résultats concrets et positifs. Succès Masra est dans une impasse politique totale, impasse provoquée par ses propres erreurs.

Il a alors versé dans les troubles, dans la surenchère médiatique avec des discours tendancieux qui démontrent chaque jour, qu’il lui sera très difficile de diriger le Tchad si jamais, il parvient un jour au pouvoir. Une agitation est aussi provoquée par la multiplication et la mobilisation de toutes sortes de comités, associations de religieux, de personnes ressources, qui se sont créés, de manière informelle, pour mener des négociations avec ceux qui sont toujours hors du dialogue. Est-ce une bonne méthode ? Non !

Une énorme confusion s’est installée. Pour être efficace, il faut un seul cadre de négociations qui encadre les choses et si des personnes de bonne volonté veulent apporter leurs aides, c’est une bonne chose mais tout cela doit se faire au sein de ce cadre. Le climat survolté autour du DNIS est une stratégie de la dernière cartouche face à l’impasse. Il faut mobiliser les réseaux de toutes sortes, les soutiens intérieurs et extérieurs pour exercer une pression visant à permettre une entrée au DNIS ou comme, disent certains à dissoudre le DNIS.

C’est encore une erreur de M Succès Masra car aujourd’hui, malheureusement, à l’instar des démocraties européennes, que sont la France, l’Espagne, la tendance est à la répression des manifestants. La crise des gilets jaunes, des militants de Podemos l’a bien démontré. Emmanuel Macron qui faisait face à des revendications sociales contre l’appauvrissement des populations, a alors privilégié une gestion policière, un affrontement sur le terrain et ce faisant, a pris des libertés avec les libertés publiques. Force a été de constater que dans ce climat chargé, la défense des libertés ne mobilise plus personne.

Les grandes voix intellectuelles et celles de la société civile se sont tues. Il est donc contreproductif de recourir à des protestations de militants en les jetant sous les lacrymogènes. Succès Masra doit démontrer qu’il a des solutions politiques à des problèmes politiques. Il doit faire l’effort nécessaire pour sortir d’une situation qui lui semble inextricable, parce que tout simplement la barre a été placée trop haute dès le départ, et du coup, revenir à la raison, semble être un reniement pour les transformateurs. Alors que, dans toute négociation, il faut faire des concessions réciproques pour avancer.

La situation du pays est déjà assez chaotique, en dehors du DNIS, pour ne pas en rajouter et basculer le pays dans l’abîme, le fragiliser et permettre que des forces occultes s’organisent pour tout balayer et écraser la petite flamme de l’espoir d’un changement dans notre pays. M Succès Masra doit être du côté de ceux qui vont protéger cette petite flamme.

LA REDACTION DE ZOOMTCHAD

1616 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire