Le conseil de sécurité de l’union africaine s’apprête à frapper le Tchad.

De source digne de foi, le président de la commission de l’union africaine Moussa Faki Mahamat s’apprête à convoquer le conseil de sécurité de l’union africaine afin de prendre des sanctions contre le régime de transition au Tchad.

En effet, selon nos mêmes sources depuis Paris, Mr Moussa Faki avait déjà essayé d’organiser des sanctions contre le Tchad à l’entame de la 1re transition le 20 octobre dernier, et faisant fi des recommandations du dialogue national inclusif et souverain. Mais le Maroc qui présidait le conseil de sécurité avait clairement fait comprendre que la situation du Tchad est spécifique, que toute sanction est inappropriée, et surtout que le peuple tchadien s’est prononcé à travers un dialogue national inclusif et souverain.

Malgré les injonctions claires du Maroc, Moussa Faki s’est cramponné sur l’Algérie pour allumer la mèche, et ce dont malgré la position très claire de la CEEAC qui demande à L’U.A d’accompagner le Tchad dans sa transition.

Dès son retour de sa tournée au Canada, il s’est arrêté au sommet de la ligue arabe à Alger pour sensibiliser quelques pays, surtout ceux en bonne relation avec ceux des pays de l’Afrique austral, à l’exemple de l’Afrique du sud et la Namibie entre-autres, pour plaider cette cause. Un acharnement qui s’explique clairement par cette hantise à vouloir se positionner comme une alternative crédible pendant cette transition.

Ce 11 novembre 2022, sous la présidence de la Namibie, 15 pays sont convoqués pour décider d’une sanction ou pas.

Les Yeux et l’attention du peuple tchadien seront rivés sur la capitale éthiopienne, pourvu que la raison jaillisse des entrailles de la raison.

Tchadanthropus-tribune

1194 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire