Ce n’est pas la première fois que cet homme qui dirige le Tchad, depuis  près de trois décennies, Idriss Deby soit cité dans une affaire louche indigne d’un chef d’Etat et de toute personne honorable qui se respecte lui-même.

En fait, les soupçons et accusations de corruption, de trafics de stupéfiants, de fausses monnaies et de ventes de passeports diplomatiques jalonnent tout le long du règne calamiteux du régime d’Idriss Deby de 1990 à 2017.

Quant au pillage systématique des richesses nationales et aux détournements de biens publics, ces faits sont reconnus par Idriss Deby lui-même (« le régime MPS a saigné le Tchad pendant 27 ans », le mot SAIGNE est d’Idriss Deby).

Au cours de cette seule année 2017, d’associations nationales, d’organismes non gouvernementaux (ONG) internationaux, de journaux étrangers de grande réputation et de particuliers tchadiens ont dénoncé de nombreux actes de corruption, de vol, de détournements de biens publics et de blanchiment de ces détournements. A tout cela s’ajoutent les crimes contre l’humanité.

Les premiers soupçons de corruption sont nés quand Idriss Deby avait rompu les relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine et noué avec Taïwan (Ile de Formose). De nombreux marchés publics avaient été attribués à de sociétés taïwanaises par la suite, souvent sans véritables appels d’offres.

En 1998, l’affaire de « Vrais- Faux dinars Bahreïnis » est venue ternir un peu plus l’image de notre pays. De fonctionnaires Bahreïnis sont venus chercher  à la Présidence de la République d’Idriss Deby les dinars n’ayant pas pu être évacués. Cela a été de notoriété publique, à la connaissance parfaite des services spéciaux de certaines grandes puissances. Un proche et membre du cabinet d’Idriss Deby a été arrêté mais l’affaire vite étouffée.

En 2001, Idriss Deby a été accusé d’avoir financé les élections présidentielles avec des francs CFA qu’il aurait fabriqués grâce à de faux-monnayeurs nigérians.

Un proche et membre de la garde d’Idriss Deby a été arrêté avec une grande quantité de faux franc CFA à Kousseri (ville camerounaise en face de Ndjamena) mais l’affaire vite étouffée.

Aujourd’hui le Tchad est classé parmi les pays les plus corrompus du monde (42ème sur 147), avec une administration inexistante et une impunité totale.

En 2004, la gestion ou partage du Bonus donné par le consortium pétrolier et la vente du pétrole brut tchadien par la société Glencore, brouillent les relations entre Idriss Deby et ses cousins jumeaux Erdimi, sans qu’aucun autre tchadien ne sût ce qui s’est passé. Mais la rupture entre les cousins a été définitive.

L’affaire Cheik Tidiane Gadio, dernière en date, n’est qu’une des nombreuses affaires louches ou mafieuses qui continuent à faire le règne d’Idriss Deby.

Monsieur Cheik Tidiane Gadio, ayant reconnu en partie les faits, aura sans doute de la peine à  innocenter son partenaire Idriss Deby.

L’organisation panafricaine, l’UA continuera-t-elle à soutenir le plus grand pillard, fossoyeur de son pays, que le continent a connu, au risque évident de perdre un peu de sa propre réputation et de sa respectabilité ?

Les citoyens du Tchad ne sont pas surpris et ne s’étonnent pas. Ils se posent une seule question légitime : A quand la fin de ce grand banditisme d’Etat ?
Le 24 Novembre 2017.                             

Pour l’UFDD                                  

Mahamat Nouri Allatchi.

1568 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article