Au moment où les défenseurs des droits humains et les démocrates commémorent à travers le monde entier le dixième anniversaire de l’enlèvement suivi d’assassinat du professeur IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH par les forces d’Idriss Déby Itno, la situation au Tchad ne cesse de se dégrader. Depuis bientôt deux semaines, le Tchad du travail est en arrêt complet, les grèves ont gagné tous les secteurs, en particulier ceux de l’éducation et de la santé ; dans la foulée des manifestations spontanées qui s´étaient déclenchées au courant du mois de janvier dernier.  Tout cela faisait suite aux fameuses 16 mesures, suivies des coupes drastiques des acquis relatifs aux salaires, indemnités, bonifications et autres avantages liés aux statuts catégoriels. Le régime de Deby, après avoir pillé, gaspillé et transféré les finances de l’Etat à l’étranger, n’a d’autres solutions à proposer aux travailleurs ainsi spoliés, que la force, les arrestations, les tortures, les intimidations, etc.

L’UFR condamne fermement l’utilisation disproportionnée de la force contre les manifestants pacifiques, victimes des tirs à balles réelles. Rappelle que le droit de manifester pacifiquement, de faire grève et d’interpeller le gouvernement, est une valeur universelle et gravée dans la Constitution.

L’UFR est solidaires des travailleurs, élèves et toutes les victimes du système prédateur du MPS, et appelle toutes les forces du pays à s’unir pour mettre fin à cette tragédie qui dure plus de 27 ans.

L’UFR prendra ses responsabilités et ne manquera pas d’apporter sa contribution décisive pour sortir le pays du calvaire dans lequel où il se trouve actuellement. Aussi, Nous lançons  un appel aux partenaires du Tchad et plus particulièrement à la France de réviser sa politique actuelle et aider le peuple tchadien à recouvrer sa liberté afin de promouvoir la justice et le développement du pays.

 

Fait à Francfort, le 03 Février 2018

Youssouf Hamid

Représentant et Porte-Parole de l´UFR

1196 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article