Le fils du défunt président Idriss Déby, Mahamat Déby Itno, nouvel homme fort à N’Djamena, peut s’appuyer sur un réseau dense de Tchadiens très connectés à Addis-Abeba.

Le nouvel ambassadeur tchadien auprès de l’Union africaine (UA) et de l’Éthiopie Mahamat Ali Hassan a donné le 11 mars ses lettres de créances au président de la commission, son ami Moussa Faki. Ancien ministre du plan, de l’économie et de la coopération internationale jusqu’en 2012, Mahamat Ali Hassan défendra jusqu’au dernier souffle l’héritage du défunt président tchadien Idriss Déby, dont le fils Mahamat Déby Itno, dit “Kaka“, est le nouveau patron du pays via le Conseil militaire de transition (CMT). Il fut notamment l’organisateur des assises sur la réforme constitutionnelle de 2018 qui a permis à Idriss Déby de faire passer son mandat de 5 à 7 ans et de supprimer la fonction de premier ministre. Mahamat Ali Hassan fait partie du réseau solide de Tchadiens très connectés avec Addis-Abeba – où siège l’UA -, sur lequel Kaka peut compter.

Le pilier Chérif

Ainsi, le ministre des affaires étrangères Mahamat Zène Chérif, nommé début mai, sera particulièrement utile pour défendre son pays à l’Union africaine, ainsi que dans les principales capitales africaines et occidentales. Dernier ministre de la communication d’Idriss Déby, il a déjà détenu le portefeuille des affaires étrangères entre 2017 à 2020. Il a aussi été ambassadeur de son pays à Addis-Abeba entre 2007 et 2013, puis entre 2016 et 2017. Dans l’intervalle, il a été le patron de la représentation permanente à New York, lorsque le Tchad était membre non permanent du conseil de sécurité des Nations unies. Il saura ainsi, grâce à ses réseaux à l’international, se muer en l’un des meilleurs VRP du CMT.

Quant au dernier ambassadeur du Tchad à Addis-Abeba, Fadlassid Ali Nafa, revenu dans son pays début 2021, il est le nouveau directeur général du ministère des affaires étrangères.

Les “Embedded” de l’UA

Mahamat Déby Itno pourra également compter sur le cabinet de Moussa Faki, tout acquis à la cause du Tchad. Ministre des affaires étrangères de Déby jusqu’en 2017 avant que Mahamat Zène Chérif ne le remplace, celui-ci doit toute sa carrière au défunt président. On lui prêtait même ces dernières années des ambitions présidentielles, qu’il pourrait éventuellement transformer en actes à l’issue de la période de transition militaire qui s’achèvera dans les 18 prochains mois.

Lors de son arrivée à Addis-Abeba, Faki a ramené plusieurs proches avec lui. L’un d’entre eux est le conseiller spécial Alex Tordeta Ratebaye, qui était le directeur juridique du ministère des affaires étrangères de 2011 à 2017, lorsque Faki était ministre. Il devrait mettre à profit tout son réseau dans l’institution pour faciliter la tâche aux nouvelles autorités à N’Djamena. Faki a également placé dès 2018 l’ancien ambassadeur tchadien à Addis-Abeba (2013-2016) et à Bruxelles (2010-2013), Ahmat Sakine Awad en tant que représentant de l’UA auprès des institutions européennes, poste stratégique pour exercer un lobbying sur les pays de l’Union européenne.

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent.

906 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire