De sources bien renseignées, les reproches de l’administration Trump envers le Tchad visent des aspects techniques. Une source proche de cette administration contactée par la rédaction affirme ne pas comprendre comment des personnes identifiées comme nocives et dangereuses ont acquis des documents officiels du Tchad. Passeports diplomatiques, passeports de services, passe-avant, extraits de naissance, ordre de mission sont donnés à des personnes pour leur faciliter des démarches souvent illicites. Pire, l’observatoire des réfugiés au Canada, en Angleterre voit venir des personnes d’origines étrangères, assez souvent des Zaghawa du Darfour, munis de documents officiels du Tchad, pour demander asile. Dans les régions à conflits armés (Darfour – Libye), plusieurs personnes de la même communauté, combattants ou faits prisonniers par une entité quelconque possèdent des documents officiels de notre pays. Dernièrement lors d’un combat entre l’armée soudanaise et la rébellion de Mini Arkou (rébellion soudanaise), des documents et passeports tchadiens ont été trouvés dans les poches de rebelles soudanais tués ou faits prisonniers. Les agitations du 1er ministre Pahimi Albert Padacké, du ministron Abdoulaye Djiddo Sabre, et madeleine Alingué sont sans raison. “ Il faut balayer et assainir l’administration “ avant de s’en étonner des réactions des autres. La volatilité volontaire de nos documents officiels porte préjudice au peuple tchadien dans son ensemble. Le régime tchadien ne doit pas s’en étonner des méthodes assez courantes de ces mêmes responsables nommés avec l’indice du clientélisme avoué. Nos compatriotes doivent se souvenir encore d’un soudanais (Baradine Djerni) jadis nommé comme responsable à la direction des attributions des passeports. Cet individu est la base de refus de passeports aux Tchadiens méritants, et en parallèle avait distribué ces mêmes documents à des gens ne méritant en rien la nationalité tchadienne. Les rebelles du MJE avaient profité illicitement de nos passeports grâce à leurs cousins et parents responsables au Tchad. Nos documents ont permis à plusieurs individus de s’enrichir sur le dos du peuple tchadien. Aujourd’hui les conséquences sont grandes pour notre peuple à cause de l’irresponsabilité d’une gent dirigeante à qui il manque profondément le sentiment patriotique. Au-delà de l’aspect technique il y a d’autres zones d’ombres qui refroidie l’administration Trump sur la coopération technique concernant la lutte contre le terrorisme, pourtant le Tchad est profondément ancré dans la lutte anti terroriste, même si certains engagements ont été faits à dessein, avec le calcul politique que l’on sait. Autre chose, les droits de l’homme, rien n’a changé sur ce volet. Ce que le régime reprochait à l’époque Habré est repris pire qu’avant. Et là encore, c’est juste le début de l’ouverture de la boite à pandore… À suivre.

 

Tchadanthropus-tribune

2233 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article