Estimant avoir aidé Griffiths Energy à s’implanter dans l’E&P tchadien, William Divine demande son dû au trader qui a racheté les actifs : Glencore.

Depuis fin février, William Divine consultant américain, réclame plus de 100 millions $ au trader suisse Glencoredevant la cour du Central Districtde Californie.

William Divine affirme qu’en 2007, sa société de conseil Concessions International avait été engagée par Mogul Energy International pour l’aider à identifier projets et partenaires dans l’up Stream, au Tchad notamment. Selon William Divine, il avait alors été convenu de lui reverser 1 % des revenus de la production sur les blocs acquis par Mogul. Or, ce dernier — devenu peu après Griffiths Energy puis renommé Caracal Energy — a acquis des intérêts dans les permis tchadiens de DOB (Mangara), DOHDOI (Badila), Doseo et Borogop. Ceux-ci, pour la plupart entrés en production depuis, sont devenus la propriété de Glencore. Pourtant, William Divine assure ne jamais avoir reçu les 1 % prévus.

Les conditions d’attribution de blocs au Tchad à Griffiths ont déjà fait l’objet d’enquêtes du Serious Fraud Office (SFO) britannique ainsi que des justices du Canada et des États-Unis.

 

Tchadanthropus-tribune

1652 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article