Excelence, Monsieur Emmanuel Macro, Président de la République Francaise,

Excellence, Monsieur,

En écoutant hier et aujourdhui le porte – parole du Ministère des affaires Étrangères (Quai d’Orsay) invitant Monsieur Idriss Déby à organiser les législatives dans de plus brefs délais, permettez-moi de vous rappeler que l’élection législative n’est pas une fin en soi, car l’organe chargé d’organiser les fraudes qu’est la CENI et l’organe de cofirmation des fraudes en l’occurrence le Conseil Constitutionnel (tous deux à la solde de Deby) feront le reste du travail pour concéder au MPS et ses alliés la majorité mécanique pour gouverner le Tchad sans partage. S’impose alors la réforme de ces deux institutions ainsi que les autorités administratives et militaires qui bourrent les urnes au profit du parti au pouvoir et ses alliés.


Par consequent, ayant participé sans désemparer aux législatives depuis 1996 que je gagnais systématiquement dans ma circonscription électorale à +80%, je sais quelque chose de ces fraudes mises place par Monsieur Jérôme Grand Desnon, un spécialiste français des fraudes électorales.


Aussi, en 2001, j’ai gagné les présidentielles que la CENI a transformées en second tour proclamé pourtant sur les antennes des radios nationales et internationales avant de revenir sur sa décision sous menaces de mort pour proclamer Idriss Déby élu. Devant cet hold-up électoral, les Présidents Al Hadj Omar Bongo du Gabon et Ange – Félix Patassé de la RCA ont effectué le déplacement de N’Djaména pour demander à Idriss Deby d’accepter le second tour proposé par la CENI par la voix de son Président Yokabdjim Mandigui. Entre temps, j’ai été arrêté et torturé par Idriss Déby lui-même en personne. Grâce à l’intervention du Président de la Banque Mondiale, Monsieur James Walfehnson, que je suis extirpé des griffes de Monsieur Idriss Déby, mais dans quel état? Ce sont les médecins tchadiens qui exercent en France et des tchadiens de la diaspora au Canada qui se sont cotisés pour prendre en charge mon transport de N’DJAMENA à Paris. Quand aux amis français, ils ont assuré mes frais d’hôtel (Hôtel des Députés), ma nourriture, le nétoyage de mes habits etc., durant mes soins au centre Primo Lévi, spécialiste des soins des tortures. J’ai été arrêté quinze (15) fois et torturé (cf. ma plainte en Intance devant le Tribunal de Grande Intance de Paris).


En 2016, Monsieur Idriss Déby intuit Monsieur Nagoum Yamassoum (ancien Sécrétaire Général du MPS, plusieurs fois Ministre, ancien de la CENI, Président du Conseil Constitutionnel en poste au moment des faits) d’annuler ma candidature, c’est ce qui fut fait.
En portant à votre sagacité cette missive, je vous saurais gré d’agréer l’expression de ma considération déférente.

 

N’Garléjy Yorongar

2694 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article