1) connais-tu Franco pour qu’il puisse venir chez toi ?


En 2012, un des cousins de Djamal Brahim Anaïm a présenté le coordonnateur de PROADEL (Nateguingar Franco-Joseph) lorsque ce dernier a rejoint dans le cadre des activités politiques au bureau de soutien "bureau du peuple" du MPS. Après cette présentation le même cousin et Djamal sont allés présenter les condoléances suite au décès du père du coordonnateur. Depuis ces moments, ils ne se sont plus revu jusqu’en avril 2014 dates de la présentation de la mission du contrôle d’état à la coordination du Proadel 2.

 1ère partie


http://youtu.be/xrUtWZHqrr4

2) les tentatives de corruption :


– La première fois, le coordonnateur est passé avec le cousin de Djamal sous prétexte qu’il voulait faire des aveux. Une fois chez Djamal, contrairement à l’objet de sa visite, il demande à Djamal d’être superficiel dans les investigations, de ne rien craindre, car le General Oki Dagache est intervenu en sa faveur et que le ministre Abderaman Salah a promis qu’il n’y aura pas de poursuite judiciaire contre lui quoiqu’il ait fait. Pour conclure, il dit avoir apporté quelques millions de FCFA juste pour les crédits de l’équipe de la mission.  Sur ce, Djamal lui a demandé de partir, en lui indiquant la porte. Le lendemain Djamal Brahim avait fait un compte rendu fidèle au chef de mission en présence des membres de cette mission.


– La seconde fois, il a envoyé Moussa, le DG de la Société Eldorado qui a été reçu par l’ensemble de la mission du contrôle d’État. Rencontre dans laquelle il lui a été signifié que le contrôle est professionnel et non personnel et que le coordonnateur national ne cesse d’envoyer des gens vers elle, s’il ne se reproche rien.


– La troisième fois. C’est encore Moussa DG d’Eldorado qui l’introduit chez Djamal en prenant un rendez-vous pour le voir seul. A la grande surprise, une fois dans le salon il annonce être accompagné du coordonnateur du Proadel Franco-Joseph. Sans hésiter l’enregistreur a été mis en marche mon dictaphone avant l’entrée de ce dernier. (La suite est dans l’enregistrement).


Le lendemain, après que Djamal ait fait le compte rendu a la mission. Il exige que la mission suspende le Coordonnateur et pour ce faire l’équipe est passée au Ministère de la moralisation pour en faire la demande au DG du Contrôle General d’État, monsieur Bahar Allafouza, qui a demandé la conduite a tenir au ministre Abderaman Salah. Ce dernier s’opposa à la suspension malgré le fait qu’il avait sous les yeux des preuves irréfutables des différents détournements.


– La quatrième fois, c’est Yondamal Julien petit frère de Franco-Joseph, après qu’il ait reconnu devant Djamal par écrit dans la salle n° 22 au PROADEL, avoir été le principal tremplin pour le détournement des 56.000.000 CFA de la Société LAGEMOT. Qu’il a été envoyé par son grand frère pour me proposer des sommes d’argent (millions de FCFA) afin que ce détournement n’apparaisse point dans le rapport. (La suite est dans l’enregistrement).


– La cinquième fois, c’est sous prétexte de remettre à Djamal Brahim le procès-verbal qu’il a signé avec la mission du contrôle d’état, qui a précédé celle en place. Un PV qu’il disait en pleine réunion devant l’ensemble de l’équipe de mission, ne pas le détenir au bureau, mais à son domicile, et qu’il allait me le remettre pour l’équipe. C’est ainsi qu’avec l’accord du chef de mission Doguine Yonde, que Djamal l’avait reçu quelques minutes a sa sortie de mosquée après la prière du Icha. Il essaya de parler de la seule manière qu’il connait. C’est à dire, de corruption. Mais une fois encore Djamal lui avait demandé de prendre la porte, après lui avoir pris les documents. Le lendemain tous les documents ont été remis au chef de la mission devant l’équipe.


3) Qu’a dit exactement le ministre ?

 

Abderaman Salah a dit séance tenante à Djamal Brahim en pleine réunion dans son bureau, qu’il croit aux dires de Franco-Joseph, car c’est le Général et ex-ministre Oki Dagache qui lui a fait comprendre qu’à maintes reprises Djamal est allé chez Franco accompagné de la gendarmerie, et/ou des agents de l’ANS pour l’intimider. Et c’est suite à cela qu’il s’est résolu à lui donner de l’argent pour le corrompre.

Chose ahurissante de la bouche d’un ministre du contrôle d’État qui refuse de remettre une copie de la lettre de dénonciation et de confronter Djamal avec ce voleur doubler d’un menteur qu’est Nateguingar Franco-Joseph, neveu de l’ex 1er ministre Djimrangar Dadnadji.


4) PARADOXE – Devant le 4e substitut du Procureur général de la République, Franco-Joseph fin menteur et stratège de la calomnie s’adresse en ces termes " J’ai décider de mettre fin aux agissent des contrôleurs, car l’ensemble des Tchadiens décrie les méthodes du ministre Abderaman Salah et de ses sbires." Sans commentaire.

 

A SUIVRE …..

589 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article