01/08/2016: TCHAD/BEAC/Gouvernorat: (Voir le résumé sur les candidats). 5 Candidats tchadiens en lice pour le poste de gouverneur. Deby n’a pas trouvé mieux que de nommer son neveu Abbas Tolli gouverneur de la BEAC. Abbas Tolli a été désigné samedi dernier à Malabo, gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique centrale (BEAC), à l’issue des travaux de la 27e session extraordinaire des chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEMAC). Idriss Déby n’a pas trouvé mieux que de nommer son neveu parmi les moult prétendants tchadiens, créant par la même occasion un chamboulement de places pour nos compatriotes, puisque la désignation du sieur Abbas Tolli fait sauter le poste de vice gouverneur qu’occupait notre jeune et brillant compatriote Tahir Hamid Nguilin.En désignant Abbas Tolli comme gouverneur, le Tchad perd d’autres postes à responsabilités. Au même moment, le Camerounais Dieudonné Evou Mekou, actuel directeur général de la Caisse Autonome d’Amortissement du Cameroun (CAA), neveu de Paul Biya, a été fait vice-gouverneur. L’Afrique à l’image du Tchad de Déby et le Cameroun de Biya, est une honte. Cette Afrique-là n’est pas celle de Mandela, de Sankara et de NkrumahLe management de l’Équato-Guinéen Lucas Abaga Nchama et Taher Hamid Nguilin avait permis à la Banque centrale de réaliser un bénéfice record inédit de plus de 160 milliards de FCFA en 2015. Gageons de voir à quelle échelle sera celle d’Abbas Mahamat Tolli. Mais cette nomination in vitro ne sera perçue que comme celle du favoritisme, mais celle du talent et de la compétence.


 

Abbas Mahamat Tolli, le neveu de la dictature (Idriss Déby)

 

Être le neveu d’Idriss Déby Itno, parent ou proche, est un avantage dans un pays où le népotisme et le clientélisme sont régis en un système de gouvernance. Abbas Tolli “ Économiste pour certains – on ne voit nulle part des résultats sous forme de bilan à son actif “ n’est pas plus compétent que plusieurs autres compatriotes chevronnés dans ce domaine, il faut le rappeler Abbas n’est jamais allé aux termes de ses mandats afin qu’il soit jugé sur des résultats. Il a le poste parce que son oncle est un dictateur omnipotent et ne nomme que les siens. Si le poste devait être pourvu par un concours, les Tchadiens sauront la vérité. Soit, un tchadien désigné pour un poste à l’international est à saluer, mais une nomination comme celle-ci apparaît aux yeux de tout le monde comme un gage de favoritisme par le régime de son oncle, et même si le sieur Abbas requiert les compétences, cela le desservirait, car beaucoup de ses collègues le verront comme un satellite. Et déjà sur le net, les réactions sont diverses, sans complaisances. Ce n’est pas le discours formaté de Déby qui viendra changer quelque chose. 

 

Tahir Hamid Nguilin, le technocrate intègre.

 

41 ans, pur produit de la BEAC selon jeune Afrique, où il a commencé sa carrière avant d’assumer un temps des responsabilités dans son pays. Il a piloté les réformes de ces dernières années et peut compter sur son carnet d’adresses pour franchir le dernier palier. Encore faut-il que le technocrate se transforme en politique pour mieux habiter la fonction le moment venu. Bien dit, l’analyse de Tchadanthropus-tribune est formelle, Mr Taher est un cadre compétent dans son domaine, qui malheureusement est dégagé, et sacrifié pour une imposture. Il sera certainement récompensé pour un poste ministériel post investiture. Si encore, et avec mesure il n’est laissé sur la touche comme la plupart de nos compatriotes compétents dégagés de certaines responsabilités, et laissés à la mendicité. À Mr Taher de prendre ses responsabilités, de tenter une expertise à l’international s’il entrevoyait l’arrogance du régime MPS.

 

Bédoumra Kordjé. Le dindon de la farce. De la BAD au néant, sinon un ministère sans passion.

 

Le poste de gouverneur de la BEAC devrait lui être taillé sur mesure. De son échec à la BAD, cette nomination devrait être une consolation pour cet ingénieur en télécommunication de 64 ans. En dépit d’une grande expérience que beaucoup lui reconnaissent à la BAD, l’actuel secrétaire général de la présidence à N’Djamena ne passe pas. On lui invoque son âge (60 ans), un alibi des politiques quand ils fixent des barrières. Tout le monde sait que quand la politique diplomatique se met en marche rien ne peut l’arrêter, âge ou pas, il y a les quotas et les influences. Bédoumra Kordjé est sans nul doute le dindon de la farce dans cette affaire.

 

Mahamat Allamine Bourma Tréyé, le politico financier.

 

Administrateur civil, haut de ses 50 ans, il a le profil de postuler à ce poste. Au-delà du profil, il a les compétences, l’expérience, et les connaissances des dossiers pour pourvoir sans façon au poste du gouverneur de la BEAC. Il a les grâces d’Idriss Déby Itno qu’il sert les yeux fermés depuis des lustres. Son premier handicap est son poste actuel comme ministre des Finances et du Budget, pour lequel il est amené à rendre des services dans un pays en pleine crise financière. Son deuxième handicap est celui de se trouver en train de concourir avec le neveu de la dictature au Tchad. Déby ne choisira jamais un autre contre son parent. Si vous ne le savez pas, soyez-en averti.

 

 

Ngueto Tiraina Yambaye, l’expérience du FMI.

 

L’actuel représentant de l’Afrique au conseil d’administration du FMI est réputé pour sa grande maîtrise des dossiers économiques. Son handicap diton est sa méconnaissance des systèmes bancaires de la sous-région. Mais il a des compétences déterminantes. Mais, il n’est pas de ceux qui gravitent comme des mangues mil autour du sérail. Il n’intéresse pas le régime. Candidat sans l’être vraiment. Il a été mis là pour le décor à faire des chevaliers.


Tchadanthropus-tribune

 

365 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article