28/10/2016: TCHAD/Football: Un collectif « sauvons notre football » est né un collectif dénommé « sauvons notre football » a été créé par les anciens footballeurs, des dirigeants, des clubs sportifs et quelques amoureux du sport roi .Tout est parti des frustrations, des querelles, des conflits d’intérêts et de leadership au sein de la fédération tchadienne de Football Association (FTFA). Eu égard à la suspension des SAO-football des compétitions internationales jusqu’en 2019, de la concurrence superflue du titre de champion entre les clubs engagés dans la ligue nationale de football (LINAFOOT) soumise à l’arbitrage du tribunal arbitral des Sports (TAS) du championnat qui peine à démarrer et surtout du découragement en bloc du public sportif, un groupe des anciens footballeurs conscients de la situation et dans le souci de remettre le football sur les bons rails a décidé de mettre en place un collectif pour trouver une solution aux maux qui minent notre football. Alors que le Ministère des Sports s’apprête à organiser les états généraux des sports, des conflits se multiplient au sein de la FTFA laissant ainsi tous les supporteurs du football à la désolation. Dit-on souvent que les moyens manquent pour le développement du football, mais l’argent n’est pas seulement le seul problème. La réussite du football passe inéluctablement par une bonne volonté d’abord, des structures de gestion, d’accompagnement et de management puis les infrastructures sportives après. L’analyse de toutes ces situations nous permet d’affirmer sans équivoques que les dirigeants de la FTFA se sont rendus coupables de la mal gouvernance ces derniers temps. Malgré les dispositions claires des statuts, les membres du bureau exécutif se sont placés en position d’intérêts à travers un lobbying de telle sorte qu’au fil du temps des conflits ont surgi et ont eu des conséquences négatives sur le fonctionnement de l’association et ont dégradé son image. Aujourd’hui on assiste à une vague des démissions de trois (3) de ses membres les plus actifs à cause des irrégularités. Pour le reste des membres de cette Fédé, le sport est le dernier de leur souci et depuis lors, les disqualifications aux compétitions africaines font légion puisque le Tchad n’enregistre que des contre-performances en contre performances. Le vrai problème de la FTFA n’est pas financier, mais plutôt organisationnel puisqu’elle reçoit régulièrement des subventions de la FIFA à titre de ristournes des matchs, des fonds d’aide au football. La sanction de la CAF à l’endroit du Tchad est un signal fort et doit nous donner matière à réflexion. La FTFA n’est pas seule ; il y a également Le Fonds National pour le Développement du Sport (FNDS) qui a pour mission de financer le sport à travers un prélèvement des redevances perçues sur les appels téléphoniques éprouve d’énormes difficultés à financer le sport. Toutes fois on attend toujours de ces prélèvements une action concrète, car ces fonds sont retenus pour le sport et non pour d’autres rubriques. Le collectif dans ses stratégies se penchera sur la question avec tous les abonnés de la téléphonie mobile afin de trouver une solution urgente. Pour prévenir le pire auquel les dirigeants actuels de la FTFA ont habitué tout le monde (tripatouillage des textes en leur faveur, non-respect des décisions), un groupe des cadres sportifs et anciens et pratiquants du football de notre pays, conscient de ses responsabilités devant Dieu, les hommes et l’histoire, a adhéré notre cause ce qui nous a permis d’initier à l’issue de cette assemblée générale constitutive du 24 juillet 2016 une pétition, à l’effet d’arrêter ce qu’il convient d’appeler la prise en otage du football tchadien par un petit groupe de ceux qui le conduisent lentement mais surement à sa disparition du concert des nations. Chacun d’entre nous, qui pour une raison et qui pour une autre se sent obligée de protester contre quelque chose et veut agir pour la nation si cela est nécessaire peut le faire en toute conscience. Elle est actuellement en ligne et fait son bonhomme de chemin pour recueillir le maximum de signatures. En effet, le football au Tchad poursuit sa descente aux enfers à cause de l’incompétence et de l’inconséquence du comité présentement à la direction de la Fédération. Les textes en vigueur ne sont pas respectés puisqu’ignorés pour laisser prévaloir leurs intérêts. À titre d’exemple en ce qui concerne le tripatouillage des textes en leur faveur le comité exécutif de la FTFA, si bizarre que cela puisse paraitre, et contre le bon sens, a révisé ses textes lors d’une assemblée générale tenue à Moundou. Les membres de FTFA ont adopté les Statuts, en son article 37 et en matière d’éligibilité ce qui suit « tout candidat à la présidence du comité exécutif de la FTFA est élu au scrutin de liste avec une caution non remboursable de 10 millions ». Vous conviendrez avec moi que cette caution est inabordable pour le tchadien lambda. Encore en ce qui concerne le redémarrage du championnat, l’on constate que la procédure portant calendrier des matchs, les critères à remplir par les clubs pour être admis à cette compétition les stades règlementaires, l’objectif du système d’octroi de licence est de préserver la crédibilité des compétitions des clubs, d’accroitre la professionnalisation au sein de la FTFA, de promouvoir les valeurs du sport selon le principe du fair-play, d’offrir au football un environnement sécurisé et de garantir davantage de transparence dans les finances des clubs ainsi qu’en termes de propriété et de contrôle des clubs. Bref tous les moyens à mettre en œuvre pour un championnat national sont loin d’être remplis. Si l’on se réfère à l’arrêté N° 602 du 24/08/1988 fixant les dates d’ouverture (15 octobre) et de fermeture du championnat (15 juillet) un tel championnat ne pourrait être lancé et pour le compte de quelle saison sportive. De tout ce qui précède et tenant compte de nombreux griefs formulés à l’endroit de l’actuel FTFA pour mauvaise gouvernance et fautes morales à répétition, le collectif informe à toutes les instances dirigeantes du football au Tchad notamment à l’intention des Hautes Autorités tchadiennes, afin qu’en toute conscience, elles puissent, par toutes voies de droit régissant le football, mettre un coup d’arrêt au règne de l’impunité et au mal gouvernance du football en République du Tchad. À la suite de quoi, ensemble avec d’autres citoyens répondant au profil et aux conditions de bonne moralité requise et qui seront élus dans des conditions démocratiques et transparentes, travailler afin de proposer aux états généraux des sports des solutions idoines pour sauver notre football. Président du collectif de football « sauvons notre football »

Abakar Hunwanou, ancien footballeur

Email : hunwanou.abakar@gmail.com

 

148 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article