20/01/2017: TCHAD/Idriss Déby: Selon des sources concordantes, lors du passage du président tchadien à Bruxelles, Idriss Déby ne voulait pas parler à la presse. Il aurait piqué une colère envers la presse qui insistait à lui poser des questions sur la gestion catastrophique du pays, et la crise économique qui sévit au Tchad. Pour plusieurs observateurs à l’Union européenne, c’est la mauvaise gouvernance sous le règne d’Idriss Déby qui en est la cause, alors que pour Déby, l’essentiel de son lobbying sur place repose sur l’aspect du terrorisme et le soutien au général libyen Khalifa Haftar. La Lettre du continent évoque même qu’à la demande d’Idriss Déby, présent à Bruxelles les 9 et 10 janvier dernier, l’Union européenne (UE) a tenu la presse accréditée à l’écart de cette visite. Mieux, la Direction générale du développement de l’UE va faire la promotion de ses projets de développement au Tchad, en invitant – tous frais payés – douze journalistes pour une visite de trois jours organisée via l’European Journalism Centre (EJC). Voilà un autre aspect du tapis rouge déroulé au pied d’un potentat, érigé en rempart contre le terrorisme en Afrique, un potentat que finalement l’Europe soutient au détriment des droits aliénables de son peuple. Seuls les patriotes tchadiens doivent prendre leur responsabilité.

 

La rédaction

 

223 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article