10/08/2016: TCHAD/Investiture d’Idriss Déby – Coulisses & magouilles de l’organisation des festivités: Chasser le naturel, il revient au galop. Les empoignades des ténors du MPS sentent tellement mauvais que l’odeur passe outre océan. 200 millions de FCFA se sont volatilisés dans les poches de quelqu’un. L’affaire risque de devenir une affaire d’État puisque les sondes sont arrivées aux oreilles du président nouvellement investi. Idriss Déby risquerait de s’énerver gravement avec l’exécutif de son mouvement. De sources dignes de foi, Abakar Souleyman (président du comité d’organisation) aurait reçu un chèque en bois de 200 millions pour l’organisation de Banquet du 08 août arrosant l’investiture d’Idriss Déby. 200 millions, et le compte est vide. Celui qui l’a fait savait qu’il a vidé le compte, mais il a laissé son collègue aller au charbon. Comme entre MPS, le caniveau n’est pas loin, l’odeur s’est tout de suite sentie et le tout N’Djamena bruisse de rumeur. Zen Bada qui file le parfait amour avec la dictature aurait distribué des marchés à des gens bien connus de la place selon un correspondant. 47 millions pour la livraison de drapelets, alors que le drapeau amené était rouge, jaune et bleu au lieu que ce soit l’inverse. Finalement tous ces drapeaux sont mis au magasin inutilisable. La décoration de la salle à 60 millions de FCFA. Les fleurs étaient un don de SATOM. Juste la nappe de table et les macarons au mur ont été comptabilisés à 60 millions… Le marché de la bouffe octroyé à deux dames connues des N’Djamenois, aurait été facturé 150 millions de FCFA, alors que selon les observateurs, la dernière soirée du hold-up présidentielle, avec plus d’invités, n’a couté que 20 millions de FCFA. Il a fallu que le sieur Abakar Souleyman a négocié avec SILAS pour le podium, refacturé au rabais à 6 millions de FCFA au lieu de 15 millions de FCFA, mais SILAS court toujours après son chèque. Hinda Déby serait dans tous ses états, et son époux dans les mêmes travées. Pourtant, le nouveau quinquennat serait placé sur l’orbite de la bonne gouvernance. Promesse qu’Idriss Déby ne pourra à jamais tenir, tellement tenu par des serviteurs zélés qui lui chantent la farandole, loin des réalités du peuple. Est-ce que cet incident provoquera le désamour entre Déby et l’exécutif de son parti? Tout le monde en doute, car s’il devait virer une personne pour vol et détournement, il ne restera personne. Voleurs, vous êtes tous et simplement des voleurs messieurs, rien de plus, et ce n’est pas vos sombres costumes qui vous voileront. 

149 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article