25/07/2016: TCHAD/Relations Tchad-Israël: De sources dignes de foi, ce qui rapproche le régime d’Idriss Déby et l’état hébreu relève du domaine sécuritaire. Depuis la divulgation par la presse du réchauffement des relations entre le Tchad et Israël, beaucoup de langue se délient. Mais officieusement Israël officie au Tchad depuis 2007. Une antenne du Mossad dirigé par un officier détaché, identifié au nom de Korda, qui était logé dans une des villas des hôtes, encadrait les gardes rapprochées de Déby. En contrepartie, certains responsables de cette antenne obtiennent certains marchés à l’importation destinés à l’armée tchadienne. Depuis quelque temps, cette antenne a été démantelée. C’est par ce même biais que les techniques de renseignements ont été affinées avec l’ANS, sur les écoutes téléphoniques et le bâillonnement des réseaux sociaux. N’Djamena a dépêché ses responsables de l’ANS pour maitriser les communications sur Facebook, Viber, Imo, Skype et Whatsup. 


Le processus a été lancé par l’ancienne direction de l’ANS, avant l’arrivée de Djiddi Salah. Plus de 2 millions dollars ont été alloués pour cette technologie, mais rien ne fut obtenu. Avec l’arrivée de Daoussa Déby à la tête du ministère des NTICS, le processus fut accéléré avec les opérateurs locaux. Selon nos informations verifiées et récoupées, sauf Viber est aujourd’hui contrôlé par l’ANS (communications & messages) depuis mercredi dernier (20 – 07 – 2016), fiasco total sur Whatsup, qui a opéré une nouvelle mise à jour qui vient gêner les plans des mafiosos du régime. Le problème sur les réseaux sociaux relève du travail de l’équipe israélienne qui a quitté le Tchad samedi dernier (23/07/2016). Mais le régime MPS n’a pu bloquer Facebook, moins encore les autres manies ingénieuses des Tchadiens qui contournent la censure grâce au VPN et autres méthodes. Non plus, il ne faut pas céder à la paranoïa. L’ANS et ses officines ne peuvent pas contrôler et écouter tout le monde à la fois, il procède par ciblage des citoyens. Israël a envoyé juste un émissaire la semaine dernière auprès de Déby, attendons de savoir officiellement ce qui sera communiqué avant toute conclusion, par delà l’affirmation des réchauffements diplomatiques entre les deux pays. En dehors des renseignements et la maitrise de certaines technologies de pointe, Déby n’a pas besoin d’Israël pour les guerres diverses (Boko-Haram – Mali etc.) contre le terrorisme. Cela demeure la chasse gardée de Barkhane et des Français. L’intérêt géostratégique dominant, la France n’acceptera pas l’immixtion d’un autre pôle fut-il Israël. Notons entre autres, et selon nos investigations que l’ANS perçoit un budget mensuel de plus de 500 millions par mois, mais 3 de ses responsables se sucrent allègrement, mettant à la disposition du service entre 80 à 120 millions de FCFA. Le reste, le franco-tchadien Djiddi Salah (DG ANS), Haschim Bahr (DGA), un certain Hamat le DCO (directeur du contre espionnage), Hissein Tolli (écoutes téléphoniques), et Siddick Brahim (DAF – le seul DAF jamais limogé ou remplacé depuis le mouvement des DAF et leur suppression), se partage sans vergogne le magot, car le service ne subit jamais un contrôle des services financiers de l’état. Les réseaux sociaux et les activistes sont les casses têtes du régime MPS depuis les élections dernières et le hold-up électoral réalisé. Pour le maitriser et l’adopter, Idriss Déby et ses services de renseignements ont besoin d’Israël, hélas que ce ne soit pour un vrai projet de développement… À suivre.

 

Tchadanthropus-tribune 

 

174 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article