20/09/2016: TCHAD/Justice/Urgent: Le ministre Dahalob libère irrégulièrement un des condamnés de l’affaire Zouhoura. Les défenseurs des droits de la femme n’auront que leurs yeux pour pleurer, car leurs droits sont bafoués par le Président en exercice de l’Union africaine, dont le thème de l’année est les Droits de l’homme et plus particulièrement celui  de la femme. Depuis la semaine dernière, Ahmat Bichara (fils d’un général), condamné pour le viol de Zahra Yosko (Zouhoura), est libre de ses mouvements sur instructions du Garde de Sceaux, ministre de la Justice et des Droits Humains, Ahmat Mahamat Dahalob. Le Président du parti MDST aurait agi sur instruction du Président Idriss Deby Itno hymself. Dans la précipitation, le ministre a oublié de respecter la procédure en la matière. Normalement, dès lors qu’une personne est condamnée, elle est sous la gestion de l’administration pénitentiaire. Donc lorsqu’un prisonnier est malade, c’est cette Direction générale qui doit déclencher la procédure de son suivi médical. Or, dans le cas d’espèces, il s’agit bel et bien d’une mesure arbitraire menée par le PG Mahouli sur instruction du Dahalob qui aurait reçu lui aussi des instructions de la présidence. En tout cas, c’est ce qu’il a avancé comme argument à ses collaborateurs. Idriss Deby Itno qui se trouve à New York montre ainsi sa vraie face de chef de bande bafouant les règles élémentaires en matière de justice. Le monde entier a suivi cette affaire, l’Union européenne a été saisie grâce aux activistes tchadiens de la diaspora. Mais au Tchad, sans rendre justice à cette malheureuse demoiselle, le président tchadien qui est le 1er magistrat décide de libérer un violeur, bafouant les lois… Bravo, tous les violeurs auront des ailes…

 

161 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article