Le Tchad adopte une feuille de route pour éliminer le paludisme en Afrique d’ici 2030 Le nouveau cadre fixe des objectifs et en appelle à un accroissement des financements et des engagements KIGALI, RWANDA (21 juillet 2016.

 

Sous la présidence de S.E. Idriss Déby Itno, président de la République du Tchad, président de l’Union africaine, président d’Aids Watch Africa (AWA) et président de l’African Leaders Malaria Alliance (ALMA), des chefs d’État et de gouvernement africains ont adopté une nouvelle feuille de route très complète pour éliminer le paludisme en Afrique d’ici 2030. Dimanche, au cours du 27e sommet de l’Union africaine à Kigali, des dirigeants africains ont validé le "Cadre catalytique pour éliminer le sida, la tuberculose et le paludisme en Afrique à horizon 2030".

 

Ce programme définit un cheminement visant, d’ici 2030, “à éradiquer les cas de paludisme et la mortalité due à cette infection, à éviter sa transmission et sa réapparition dans tous les pays.” En établissant un consensus à l’échelle du continent, les dirigeants africains ont défini un processus d’élimination du paludisme. S. E. Idriss Déby Itno a exhorté les différents pays, sous la direction des chefs d’État et de gouvernement, à redoubler d’efforts. Soutenir les financements actuels effectués par des donateurs et accroître les ressources nationales sera essentiel à la réussite de cette feuille de route et à la mise en œuvre de solutions de santé innovantes pour éliminer le paludisme. “Les dirigeants africains ont à nouveau montré leur engagement à éradiquer le paludisme en adoptant le Cadre catalytique pour éliminer le sida, la tuberculose et le paludisme en Afrique à horizon 2030, qui fixe clairement les grandes étapes et les objectifs à atteindre. En exerçant en permanence le leadership nécessaire et en développant la coopération pour financer et assurer des interventions de lutte contre le paludisme qui permettent de sauver des vies, nous pouvons continuer sur notre lancée et éradiquer le paludisme en Afrique.”

 

S. E. Idriss Déby Itno, président de la République du Tchad et de l’African Leaders Malaria Alliance (l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme) Depuis 2000, le taux de mortalité dû au paludisme a chuté de 66 % sur le continent pour l’ensemble des catégories d’âge, et de 71 % chez les enfants de moins de 5 ans.

 

Le nombre annuel de décès dus au paludisme en Afrique a diminué, passant de 764 000 (estimation) en 2000 à 395 000 en 2015. Mais le paludisme reste l’une des principales causes de morbidité chez les femmes enceintes et de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans. Depuis sa création en 2009, l’ALMA apporte son soutien aux pays pour faire de la lutte contre le paludisme une priorité dans les programmes de développement nationaux et internationaux. “Les dirigeants africains sont notre arme la plus puissante dans la guerre contre le paludisme,” a déclaré Joy Phumaphi, Secrétaire exécutive de l’ALMA. “En renouvelant leur engagement à combattre le paludisme et à adopter un programme qui nous permettra de le vaincre, les dirigeants africains nous ont fait faire un pas de plus vers l’élimination du paludisme en Afrique.” “Le Tchad reconnaît l’importance du leadership et de la coopération aux plus hauts niveaux pour pouvoir atteindre notre but : éliminer le paludisme en Afrique à horizon 2030.

 

Comme l’a dit le Président Déby, l’accroissement des ressources nationales est essentiel à la réussite des efforts de chacun de nos pays. Nous en voyons les résultats au Tchad. Nous admettons que certaines difficultés persistent et pensons que le Cadre catalytique aidera le Tchad et d’autres pays à relever leur défi commun de l’élimination du paludisme.” Les Chefs d’Etats et de gouvernements se sont engagés à supporter pleinement et à respecter les conditions requises des Centres Africains pour la Prévention et le Contrôle des Maladies ainsi que le Règlement Sanitaire International en mettant l’accent sur l’amélioration de la qualité de la collecte des informations, sur l’analyse et sur le partage. Les pays se sont engagés dans le renforcement des systèmes de santé, de la responsabilisation et l’engagement communautaire. La réunion fait pression pour la mise en œuvre accélérée du Plan de Fabrication des Produits Pharmaceutiques pour l’Afrique ; mettant l’accent sur la nécessité d’améliorer la qualité des produits fabriqués localement ainsi que sur l’accès et sur les prix abordables. Le président a souligné l’importance et le rôle de la production locale dans chaque sous-région comme moteurs pour l’amélioration des services de santé et pour la création d’emplois. Les dirigeants qui participaient au sommet ont également loué les donateurs internationaux (les États-Unis, le Royaume-Uni et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme notamment) pour leur rôle dans les progrès réalisés pour éliminer le paludisme. Ils en ont appelé à la poursuite des engagements pour mener cette lutte à son terme, notamment à un financement total pour la prochaine Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial. Le Cadre catalytique définit également des objectifs à l’échelle du continent pour le VIH/sida et la tuberculose. Il est centré sur les principes de responsabilité et de leadership au niveau national, d’engagement financier et politique, d’égalité d’accès aux prestations de santé pour les populations vulnérables et difficiles à atteindre, et sur de solides systèmes de surveillance du paludisme et de riposte à la maladie. Ce programme expose clairement les grandes étapes et les objectifs, dans le but de réduire les cas de paludisme et les taux de mortalité d’au moins 40 % d’ici 2020, et d’au moins 75 % d’ici 2025. Le but ultime est d’éradiquer les cas de paludisme et la mortalité due à cette infection, et d’éviter sa transmission et sa réapparition dans tous les pays d’ici 2030.

 

 

ALMA ALMA

Téléphone: +254 (0) 20 4231 529
Email : alma.press@portland-communications.com

 

341 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article