« Waslu-Akh » est né ! C’est le tout premier mouvement à l’échelle nationale pour soutenir le président Hissène Habré. Il a été porté sur les fonts baptismaux hier, à Touba, par Serigne Fallou Dieng, responsable des intellectuels soufis du Sénégal et petits–fils de Serigne Touba.

Le mouvement « Waslu-Akh » (Devoir d’agir) a été porté sur les fonds baptismaux hier par Serigne Fallou Dieng, petit-fils de Khadim Rassoul, en compagnie de jeunes chefs religieux. Cette structure apolitique a pour objectif de soutenir l’ancien président du Tchad, M. Hissène Habré, emprisonné pour « crimes de guerre », « crimes contre l’humanité » et « actes de torture ».

C’est dans la capitale du mouridisme que ce mouvement a été créé. « Dès lors que Habré a été enlevé et embastillé par des puissances occidentales avec la complicité de leurs valets africains, l’Etat de droit a lamentablement perdu son âme. C’est cet Etat de droit que « Waslu-akh » veut restaurer au Sénégal » nous a expliqué Serigne Fallou Dieng, joint par téléphone. A en croire le responsable des intellectuels soufis du Sénégal, le Sénégal vit au rythme d’un spectacle judiciaire à caractère carnavalesque (Ndlr, le procès du président Habré) entièrement pris en charge par l’actuel président tchadien, M. Idriss Deby Itno. Face à cette situation qui n’honore pas le Sénégal, selon Serigne Fallou Dieng, le mouvement « Waslu-Akh » compte fonctionner comme un mouvement de rédemption en faveur de la dignité de l’homme noir et pour restaurer les valeurs de Téranga et d’hospitalité caractéristiques de notre peuple. « Et il est temps d’incarner ces valeurs républicaines et islamiques qui accordent asile et hospitalité à toute personne fuyant des persécutions dans son pays pour venir chercher refuge au Sénégal. Surtout s’il s’agit d’un musulman comme Hissène Habré » poursuit notre interlocuteur.

Comme nous l’avions relaté dans notre avant dernière édition, qu’on l’invite ou pas, Serigne Fallou Dieng s’introduit dans toutes les causes nationales. A preuve, le président du cercle des intellectuels soucis du Sénégal a fait de l’affaire Hissène Habré son combat personnel. D’ailleurs, à travers l’interview qu’il nous a accordée cette semaine, Serigne Fallou Dieng, en sa qualité de petit-fils de Serigne Touba, a qualifié l’affaire Hisséne Habré de parodie de procès organisé par l’Occident. « Deby paie un procès, commande un verdict et réclame la tête d’Habré… » s’était-il désolé à la Une du « Témoin ». Un article qui semble donner des ailes à Serigne Fallou Dieng compte tenu des nombreuses réactions de la part des lecteurs du journal et des sympathisants de l’ancien homme fort du Tchad. Non content d’avoir porté le combat médiatique pour défendre Habré, Serigne Fallou Dieng va descendre dans la rue sous la bannière « Waslu-Akh » pour dénoncer l’arrestation arbitraire et le harcèlement judiciaire qui ne visent qu’à humilier qu’une seule personne, le président Hissène Habré en l’occurrence. « D’ailleurs, je suis à Touba pour rencontrer les grands dignitaires mourides afin de les informer sur les objectifs de mon mouvement. Je compte également rencontrer le khalife général des mourides pour avoir sa bénédiction. Après j’irai à Tivaouane pour y voir les autorités religieuses puisque le président Hissène Habré est de la tarikha tidianiya pour avoir fait allégeance à feu Serigne Mansour Sy Borom Daradji. Je me rendrai aussi à Ndiassane puisque je compte mettre sur pied un mouvement national et multidimensionnel » a tenu à préciser Serigne Fallou Dieng tout en annonçant qu’il va organiser une conférence de presse suivie de manifestations à Dakar, Tivaouane et Touba.

PAPE NDIAYE « Le Témoin » quotidien 

226 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article