01/11/2016: TCHAD/UNDR: De sources bien instruites, au sein de l’état-major des armées les langues commencent par se déliées. Une plainte contre le chef de file de l’opposition Saleh Kebzabo est entrain de prendre corps au sein de l’exécutif de l’armée tchadienne. Dans un précédent papier, la rédaction avait déjà traité cette information. Le régime MPS chercherait à déstabiliser le chef de file de l’opposition, en montant ce projet grotesque indexant Saleh Kebzabo de porter atteinte au moral de l’armée tchadienne en temps de paix. L’exécutif invoque un article de loi pour mettre son projet en exécution. En réponse à l’exécutif de l’armée, le procureur de la République aurait demandé deux choses, la levée de l’immunité à l’Assemblée nationale et aussi celle du parlement africain dont Kebzabo en fait partie. C’est dans la dernière optique que les choses semblent coincer. L’Assemblée nationale majoritairement pro MPS pourrait accepter cette immunité, mais la réponse du parlement africain freine ce projet. Vendredi dernier, lors de la réunion du groupe, le régime MPS aurait avancé que Kebzabo a dénigré le parlement lors de la dernière session du Parlement panafricain à Sharma El Sheikh. Ce qui est faux. Le Bureau a répondu qu’il n’est pas habilité à retirer un mandat, et de soumettre la question aux pots de groupe. Une fois encore, le MPS semble jouer à la manipulation pour bloquer l’opposition à travers ces membres. C’est de bonne guerre diront certains observateurs, mais un jeu malsain loin des principes et contradictions d’une démocratie. 
224 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article