01/02/16: TCHAD/Alwihda & les torpillages du DG de l’ANS: Le DG de l’ANS et le journal en ligne Alwihda ont de la maille à partir depuis longtemps sur la ligne éditoriale de ce journal depuis longtemps. Suivant des directives non encore établies, Djiddi Salah Kedellaye s’en a pris à cet organe de presse importante allant jusqu’à l’accusé de collusion avec la secte terroriste Boko-Haram, chose après un manque de compromis, d’amener le journal Alwihda de cesser ses informations sur le Tchad. Si bien avant, son journaliste Ahamat Ramadan fut indexé par l’ANS, aujourd’hui son autre jeune DR Mr Djimet est sous l’index et les menaces de l’ANS, la preuve hier dimanche 31 janvier 2016 aux environs de 16 h 40 min, Mr Djimet Wiche Wahili fut poursuivi par un individu de teint brun encagoulé sur une moto Hawdjé de couleur rouge à Goudjé. L’individu armé le menace jusqu’à ce qu’il trouve refuge auprès des militaires de l’ex-gendarmerie d’Amsinéné. Le journaliste Djimet n’a trouvé son salut qu’à la rescousse de ses 2 oncles venus avec deux véhicules pour le prendre sur leurs ailes. Pour certains journalistes d’Alwihda, Djiddi Salah Kedellaye est claire dans ses motivations, soit le journal collabore avec lui, soit il est appelé à disparaître. Djiddi ajoute sans ambages pour noyer Alwihda, qu’Alwihda est en train de militer pour le changement de régime au même titre que d’autres sites de l’opposition externe. Or cet organe équidistant entre l’opposition politique, le pouvoir et la société civile. Pour Alwihda, tant que le DG de l’ANS ne reconnaîtra pas l’indépendance d’Alwihda, la levée de la censure et des écoutes téléphoniques, il n’y aura pas de reprise de ses activités sur l’animation de l’actualité nationale. Depuis lors, le DG de l’ANS a entrepris une véritable campagne de médisance et de calomnie contre Alwihda auprès des autorités, faisant croire qu’Alwihda est contre le pouvoir et que son fondateur (Ahamat Yacoub Dabio) est derrière cette campagne, ce n’est qu’un tissu de mensonges.  Djiddi Salah a pour seul objectif et un dessin inavoué, celui de faire disparaître Alwihda de la scène médiatique nationale, parce que ce journal a fait de révélation qui gêne, et surtout de faire du mal au fondateur. Les journalistes, surtout ceux qui n’ont pas de collision avec les pontes du pouvoir MPS travaillent dans un environnement précaire où les menaces et les intimidations sont légion. Le régime d’Idriss Deby, malgré son caractère démocratique excède dans la démagogie arbitraire, pourtant au su et à la vue de la communauté internationale.

 

 

266 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article