Mr Halata, je voudrais que tu puisses publier cet article dans ton illustre site. Car aujourd’hui à N’Djamena et au Tchad, toute la population regarde ton site à travers son sérieux et ses informations de première main.

 

Idriss Déby crée le désordre et impose l’idée qu’après lui c’est le déluge. Depuis son investiture, le dictateur tchadien se fait entourer par une bande de mafia qui a déjà fait son heure. Entre criminels et taulards, le monarque tchadien fait nommer des conseillers qui se sont illustrés par le déni de l’état, corruption à haute échelle, assassinat sur des paisibles citoyens, et un esclavagiste des temps modernes, en la personne de son directeur de Cabinet Issa Ali Taher. Ce dernier avait même traiter l’ex-ministre de l’Économie et du plan Ngueto Tirana de sale Sara “ Affine “ et le menacer de le tuer. Après l’organisation du PND réussi grâce à la clairvoyance de Ngueto, Issa Ali Taher a vu ses intérêts menacés. Mais le nouveau dircab de la dictature ne peut lever son petit doigt s’il n’avait pas le renfort de l’ex-DG de l’Ans Djiddi Saleh Kedellah. D’ailleurs c’est encore lui qui est à la base de la nomination de Padaré comme SGP (secrétaire général à la présidence), quand la 1ère dame avait poussé son poulain Issa Arabie comme conseiller juridique au palais rose, puis ministre de la Justice actuellement.

 

Jean Bernard Padaré alias feu de brousse est la personne la plus cupide que voit naitre la 4e République. Il faut rappeler à l’amnésie d’Idriss Déby que c’est le même Jean Bernard Padaré qui avait piégé son directeur de cabinet de l’époque un certain Ahamat Bachir pour corruption avant d’aller se cacher sous les jupes de son ami Ismaël Chaïbo alors conseiller à la sécurité de Déby. Feu de brousse a causé trop de tort à ses parents du Mayo Kebbi, en faisant des fiches directement à Déby à travers Chaïbo. Plusieurs de ses parents Moundang ont été emprisonnés par sa faute, alors qu’il se gavait au ministère de la Justice. Combien de marchés ont été détournés ? De l’argent destiné au budget alimentaire des prisonniers jusqu’à la construction des prisons. Malgré sa traversée de désert, aujourd’hui il se comporte avec arrogance et mépris envers le personnel de la présidence. Par une lettre écrite de sa main, il fait penser que Déby demande en parallèle à une société belge d’obtenir le marché des titres sécurisés, alors que ledit marché a été octroyé depuis longtemps, et l’accomplissement des titres est presque terminé. L’état avait avancé les sommes de démarrage à hauteur de 50/100, et les 1ers passeports seront livrés dans une échéance de deux mois. Padaré veut faire perdre au Tchad plus de 20 milliards de FCFA parce que le contrat signé entre l’état tchadien et SAFRAN est irrévocable, sinon c’est le Tchad qui perdrait sur tous les plans. La société belge avait promis de verser à Padaré 5 milliards de FCFA si elle obtenait le marché et si par le couvert de Padaré elle rencontrait Idriss Déby. Voilà comment encore feu de brousse veut dribbler tout le monde.

 

Djimet Arabi est un magistrat emprisonné il y a quelques années à Moundou pour cause de détournement de deniers publics. Après plusieurs mois de prison, il s’en sortit pour traverser le désert. C’est à la prison d’amsinéné que nous l’avons connu quand nous étions allés rendre visite au docteur Ali Abderaman Haggar gardé dans la même prison que lui. Individu ingrat et fourbe, ce natif du Guéra eu son étoile grâce à Hinda Déby qui lui a fait une place dans sa fondation grand Cœur.

 

Djiddi Saleh Kedellah est un criminel de premier ordre. Après avoir trahi bonnement l’ex-président Goukouni Weddeye en informant Déby, il fut nommé plus tard après son ralliement dans les instances sécuritaires du pays. Les tortures dans les cellules de l’ANS lui ont valu plusieurs rapports des organisations de droits de l’homme. Il est condamné par un mandat d’amener par un procureur au tribunal de grande instance de paris, pour avoir torturé un citoyen tchadien dont les parents ont déposé une plainte contre Djiddi Saleh Kedellah. Par deux fois, il a été arrêté à l’aéroport de paris Charles de Gaulle avant d’être relâché grâce à l’intervention de l’ambassade du Tchad à Paris et le Quai d’Orsay. En France, il ne peut déposer les pieds seul sans brevet diplomatique. Même quand il voyage dans une délégation présidentielle, il ne peut sortir seul des périmètres de l’hôtel. Sa famille qui réside en province française est obligée de venir le voir tel un voleur à son hôtel sans qu’il ne daigne faire un pas dehors avec ses enfants.

 

Voilà la bande de mafias qui opère autour d’Idriss Déby au palais rose, et qui fait la pluie et le beau temps de la 4e République. Tous des voleurs et des taulards qui ne se distinguent d’aucune intégrité, et qui portent l’étendard de la république. Comment Idriss Déby compte-t-il opérer un changement avec des mafieux et des criminels ? Quels messages enverrait-il à ses partenaires ? Avec quel sérieux ces bandits criminels arriveraient-ils à convaincre les partenaires du Tchad ?

 

Notre pays mérite mieux, et Idriss Déby ferait rapidement le tournis de la manivelle pour présenter d’autres nouveaux visages aux Tchadiens, sinon la 4ème république démarre avec du plomb dans l’aile.

Bahim Souleyman

Tchadanthropus-tribune

2555 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article