Si la mauvaise gouvernance est sur toutes les lèvres, la situation géopolitique pose réellement de vrais problèmes. Notre pays vit une instabilité chronique dans sa partie nord, à cause des diverses incursions des forces rebelles et la motivation définie du comité d’autodéfense Toubou au Tibesti, qui défend ses intérêts contre le pouvoir central.

A l’est non plus, la situation ne semble pas être stable à cause des tergiversations d’Idriss Déby sur les questions stratégiques avec le voisin soudanais.

Au Soudan, il y a des milliers de Tchadiens jadis opposants politico-militaires qui bivouaquent dans le civil, et qui ont refusé de rallier le régime de Déby quand les deux pays avaient signé leurs accords de paix. Ce vivier toujours mécontent peut être réactivé à tout moment, surtout quand on sait que par deux fois le régime de Oumar Al Béchir avait émis son travers lorsque Idriss Déby s’est rapproché d’Israël, et quand il avait reçu l’opposant Mini Arkou Minaoui à Amdjarass. 

Avant l’offensive programmée des forces du général Haftar, Idriss Déby avait reçu en audience un ... Lire la suite.