Après le festival anti démocratique qui a éclaboussé la capitale tchadienne lors de la prestation des serments. Idriss Déby s’empresse comme à l’accoutumée de venir en France pour ses consultations d’usage. Les observateurs de la politique africaine savent que tout ce qui se fait dans certains pays africains comme c’est le cas avec Déby doit avoir une espèce de bénédiction des bailleurs qui soutiennent les politiques de répressions qu’exercent les potentats africains sur leurs peuples. Selon nos sources, en allant vers l’aéroport les ministres se pointent pour saluer leur président au départ. Fidèle à sa réputation rancunière Idriss Déby aurait demandé à ce que le protocole renvoie la ministre de la Communication Madeleine Alingué de l’aéroport. Chose dite et faite. Ladite ministre a été interdite de rejoindre ses collègues attendant le départ du monarque.

En comité restreint, Déby a quitté N’Djamena en milieu de matinée pour Paris. En dehors de l’ambassade du Tchad qui a été informé à la dernière minute, aucun autre responsable ne fut convié pour venir l’accueillir à l’aéroport du Bourget. Quelques gardes de corps, son medecin personnel, et quelques membres de la déléation, qui ont pris leurs gîtes aux environs de l’hôtel California, quant à leur patron non loin de là, dans ses appartements privés de la rue Ponthieu dans le 8ème arrondissement de Paris. Seul audience à l’ordre du jour, l’inamovible Le Drian, ministre des Affaires étrangères de la France, et amis des dictateurs africains.

Tchadanthropus-tribune

2728 Vues

Ajouter un commentaire

  • Han c’était comme ça ce matin ! merci pour l’information

    Commentaire par Ahamat molly hamit le 12 mai 2018 à 11 h 14 min