Comme précédemment annoncé, Idriss Déby est bien arrivé à Paris pour une visite privée. Il a fait le voyage selon nos sources en comité très privé, accompagner de sa chère épouse Hinda Déby Mahamat Acyl, son aide de camp Khoudar, l’entregent conseiller à la sécurité Djiddi Saleh, de son médecin personnel Mahamat Hassan, et une dizaine de gardes de corps. Logé dans ses appartements privés de la rue Ponthieu, le reste de la délégation a pris ses quartiers dans les hôtels environnants. Ordre tacite strict aux membres de la délégation d’éviter certaines rencontres, à l’exception de quelques personnes à contacter au sein de la diaspora tchadienne en France. Selon la même source, plusieurs chauffeurs, et personnels de l’ambassade du Tchad à Paris ont été priés de rester loin que possible des membres de la délégation par peur de fuites d’information sur le séjour d’Idriss Déby et sa Cour. Un attaché d’ambassade et un chauffeur sont dans les mires de l’entourage d’Idriss Déby assez acerbe à leur encontre. Le dévolu est jeté sur un seul chauffeur (nous tairons son nom pour le moment) qui fait les affaires de la 1ère dame. Tout le monde vit dans la peur d’être accusé d’être en contact ou connivence avec quelqu’un de l’opposition successible de lui refourguer des infos. L’aide de camp Khoudar contrôle les allées et venues des uns et autres, distribue les étiquettes et les brevets, sur qui a rencontré qui, et qui a dit quoi, à tort sur plusieurs personnes, brimées injustement. La psychose est tellement grande que chacun se fait tout petit. Les garde-corps se jettent sur les Kebabs des alentours tels des sbires affamés. Chaque soir ils trainent leurs silhouettes longilignes dans les méandres du 17ème arrondissement de paris. Selon toujours nos sources, l’un d’entre eux a eu un rendez-vous avec un de ses parents à Paris. L’individu rencontré se dit opposant, mais pas clairement affiché. Cette rencontre n’a pas été appréciée par l’entourage de Déby qui attend de régler ce problème une fois rentrer à N’Djamena. Djiddi Saleh, l’ex-DG de l’ANS vit toujours dans la terreur et la hantise de se faire embarquer par la police s’il se retrouvait seul dans un coin de Paris. Ses sorties sont trop contrôlées, et il évite d’embarquer dans un véhicule non immatriculé de l’ambassade. La preuve, samedi soir, il serait invité à un diner par un proche du régime à Paris. Il a décliné cette invitation par peur d’y aller dans une voiture ordinaire, et surtout de rentrer tard dans la soirée. Le médecin de Déby Mahamat Hassan continue les consultations de son patron entre l’hôpital américain, Courbevoie, chez son ami, et son hôtel.

Officiellement, malgré le caractère privé de la visite, certaines demandes de rencontres ont été avancées sans obtenir encore de réponse côté officiel français. Les quelques minis dominici continuent de jouer les entremetteurs des situations, promettant des succès. Mais en vérité d’autres choses se pointeront bientôt à l’horizon.

Tchadanthropus-tribune

2891 Vues

Ajouter un commentaire

  • C’est très doliock alors

    Commentaire par Ahamat molly hamit le 14 mai 2018 à 23 h 41 min