Selon nos confrères de Tchadinfos, le syndicat national des formateurs de métiers (SYNAFORM) est en grève sèche et illimitée. La décision a été prise au début de la semaine au cours d’une assemblée générale tenue au lycée d’enseignement technique industriel (LTI). Les militants du SYNAFORM revendiquent le paiement intégral et sans condition de leurs primes. Dans un communiqué de presse signé du SG 1eradjoint du SYNAFORM Allara Djimtibaye la situation que vivent les militants du SYNAFORM démontre à suffisance que le gouvernement n’a pas la ferme volonté de traiter avec dextérité la question éducative. Parmi les revendications du SYNAFORM il y a entre autres le manque de matières d’œuvres ou l’absence criante de consommable pour les travaux pratiques des apprenants. Le syndicat national des formateurs de métiers (SYNAFORM) regroupe, le lycée d’enseignement technique industriel, le lycée d’enseignement technique commercial, le collège de la paix, et les autres écoles techniques. Dans un communiqué de presse, la section SYNECS de l’université de N’Djamena dénonce la gestion des finances, qu’elle qualifie de calamiteuse. Selon elle la gestion calamiteuse est à l’origine du retard de paiement de 6 mois des primes des enseignants, 5 mois de salaires des enseignants contractuels et 3 mois des frais de vacation des heures supplémentaires, des frais des jurys et des soutenances. Dans le même document, la section SYNECS déplore l’indifférence qu’elle dit d’immorale et insultant des autorités rectorales soutenues par le ministre de l’enseignent supérieur. Face à cette situation, la section SYNECS de N’Djamena décide de suspendre toutes les activités académiques à l’université de N’Djamena à partir du lundi 10 avril prochain jusqu’à satisfaction des points de revendication.

 

Tchadanthropus-tribune avec Tchadinfos.

1124 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article