25/03/2017 :#TCHAD #Droits de l’homme :  Il est urgent que les organisations de droits de l’homme, la société civile tchadienne, les partis politiques d’opposition se penchent réellement sur le cas de l’activiste Moyadine Babouri. Voilà bientôt 9 mois que cet activiste est embastillé par la police politique (ANS) d‘Idriss Déby Itno sans aucune forme de procès.

 

  • Cet activiste subit la foudre du régime parce que pour la 1ère fois depuis ces dernières années, à l’intérieur du système, un Zaghawa ou affilié comme tel n’a eu le courage ouvertement à N’Djamena de dénoncer l’injustice.

 

Dès les 1ères dénonciations sur les faits mafieux de la cour du président Déby, Mr Babouri a eu les approches intimidantes des proches du régime. Oncle, cousins, frères, amis, tous ont été mis à contribution pour le faire taire, sans succès. Si jadis Babouri avait combattu les activistes de la diaspora parce qu’il se prévalait du système MPS, il a eu du répit grâce à eux, qui avaient relayé courageusement et sans esprit de vengeance à travers les réseaux sociaux son arrestation dramatique et illégale.

Depuis son arrestation, faite dans des conditions de hold-up par la police politique, Mr Moyadine Babouri croupit dans les geôles de la dictature dans des conditions atroces, dégradantes, de tortures, enchainées comme un chien, pire qu’un criminel de grand chemin, alors que les seuls faits qui lui sont reprochés demeurent dans la dénonciation des enrichissements illicites des barons du régime et ses affidés. Des faits que dénonce pourtant et en permanence Idriss Déby en personne.

Tous les observateurs de la vie politique à l’intérieur s’accordent à dire que Mr Babouri est le prisonnier politique de madame Hinda Déby Itno. Comme nous le révèle la dernière correspondance, Mr Babouri est détenteur de carte de presse. Les images d’un autre monde qui nous est parvenu montrent à quel point les libertés de personnes au Tchad relèvent de l’utopie. Pire pour ce cas, à force de torture pour avoir des aveux, Babouri aurait les orteils abimés, et risque de perdre la vue pour cause de maltraitance dans sa cellule. Tout tchadien devrait être offusqué, et ne pas accepter ce genre de faits. Vous avez dit plus jamais la DDS, ceux qui l’ont engendré et encensé à l’époque, continue leur travail de la même manière aujourd’hui… Suivez notre regard.

  • La rédaction
1470 Vues

  • De grace liberez Babouri!

    Commentaire par Grace yinda le 25 mars 2017 à 18 h 20 min