Jamais un parti politique ne s’est autant sucré sur le dos de l’alliance avec le parti au pouvoir comme c’est le cas actuellement du Rassemblement des nationalistes pour le développement du Tchad (RNDT Le Réveil).

 

Arrivé à la Primature en février 2016 à la faveur de l’élection présidentielle d’avril dernier, le président du RNDT Le Réveil a livré la Fonction publique, tel un butin de guerre, aux militants et sympathisants de son parti. Si à la Primature il s’est entouré des siens au sens nucléaire comme au sens africain du terme, dans presque tous les services de l’Etat, il continue de faire intégrer ses militants. Sans que les ministres de la Fonction publique et des Finances qui ont, en principe, chacun un droit de regard sur les recrutements à la Fonction publique, n’aient leur mot à dire. C’est ainsi qu’il a fait intégrer des sociologues aux finances, des charlatans à la santé, etc. Sans compter les semi lettrés qu’il a fait catapulter à d’importants postes de responsabilité. Comme c’est le cas très récemment à la circonscription des douanes de Moundou où il vient de faire nommer à la stupéfaction générale de l’opinion un à peine alphabétisé. Massing Laye, c’est lui le nouveau chef de ladite circonscription, son homme lige, qui ne connait rien ni aux papiers ni à l’administration. Et aussi, le cas de Dadnadji, un autre militant du RNDT, au poste de responsable de douane mobile de Pala dans le Mayo-Kebbi ouest. La dernière goutte d’eau qui a fait déborder le vase est à n’en point douter l’imposition de sa belle-mère, madame Djondang Keb-Yekbné, par ailleurs militante de son parti, au poste de 3ème maire adjoint de la commune de la ville de N’Djamena. Bien avant ceux-là, le Premier ministre avait fait placer son grand frère, Foba Padacké, comme directeur général adjoint à la Coton Tchad et un autre militant de son parti, Patalet Géo, au poste de directeur général adjoint de la Sonacim.

 

En plus de livrer l’administration aux militants de son parti sans tenir compte ni de leurs diplômes, ni de la situation actuelle du pays qui exige d’un chef de gouvernement responsable de s’appuyer sur la qualité et la compétence des agents de l’Etat pour espérer sortir le pays de l’eau, nos enquêtes révèlent que le Premier ministre n’aurait pas encore fermé le robinet des fonds spéciaux. Fonds dont le montant total est 150 millions par mois. Contrairement à d’autres institutions qui n’en perçoivent plus depuis que le gouvernement a déroulé sa politique d’austérité.

 

Au sein du Mouvement patriotique du salut (Mps), des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer l’ostentation du Premier ministre. Beaucoup de militants du parti à l’oriflamme guerrière auquel le RNDT est allié est allié, accusent Pahimi Padacké Albert de pêcher dans l’eau trouble. Notamment en attirant dans son parti, grâce aux nominations à des postes de responsabilité, les militants du parti au pouvoir et ceux d’autres partis d’opposition. En l’occurrence ceux de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR) de Saleh Kebzabo de la région du Mayo-Kebbi géographique.

 

Comme le Chef du gouvernement peut désormais le comprendre, ce n’est plus seulement le Tchadien lambda qui ne supporte plus le favoritisme à grande échelle auquel lui et son parti se sont livrés, mais également les partis de la Majorité grâce à laquelle il tient sa position. Pahimi Padacké Albert, il faut vite changer, sinon…

 

Correspondance particulière.

 

383 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article