Compte-rendu du congrès de Mingala (Basse-Kotto)  du 27 novembre 2017  de la Coalition Large des Centrafricains (CLC)

éunis en Congrès à l’initiative de la Coalition Large des Centrafricains (CLC) du 25 au 27 novembre 2017 à Mingala, dans la préfecture de la Basse-Kotto, les Centrafricaines et les Centrafricains de tout âge et de toute condition ont décidé de fonder la COALITION SIRIRI, une initiative des Centrafricains au service des Centrafricains qui proclame que la paix et la réconciliation sont possibles.

En effet, la situation politique, sociale, économique et sécuritaire de la République Centrafricaine depuis la chute de l’Empereur Bokassa, ne cesse de se dégrader malgré les différents accords signés  pour trouver une solution politique et durable à la crise centrafricaine à savoir : Les Accords de Syrte pour la paix en Centrafrique ; Les Accords de Libreville pour la paix en Centrafrique ; Les accords de Brazzaville pour la paix en Centrafrique ; Les accords de N’Djamena pour la paix en Centrafrique ; Les accords de Nairobi pour la paix en Centrafrique ; Les accords d’Angola pour la paix en Centrafrique; Les accords de Rome pour la paix en Centrafrique ; Les accords de Bangui pour la paix en Centrafrique. Étaient présents de hauts cadres et dirigeants, dissidents des groupes armés ont fait le déplacement pour manifester leur intention d’adhérer à la nouvelle plate-forme en gestation notamment : UFDR, EDD, MLCJ, MLC, ANTI-BALAKA, FDPC, RJ, une faction modérée de l’ex-SÉLÉKA, une forte délégation représentative de la diaspora centrafricaine, des membres de la société civile et partis politiques.

Les principales résolutions adoptées

Les organisateurs de ce Congrès, malgré les contraintes, ont réussi un consensus autour de plusieurs propositions et notamment la question sécuritaire du pays qui ne cesse de s’enfoncer dans le gouffre de l’insécurité et de l’ingouvernabilité qui risque de compromettre la survie de notre cher et beau pays, la République Centrafricaine. L’examen minutieux de la situation a permis d’adopter les résolutions suivantes :

1 – La mise sur pied d’une plate-forme alternative réunissant toutes les forces vives de la nation pour rétablir la sécurité et la paix, seule alternative permettant au peuple centrafricain de s’engager irrémédiablement dans la voie de la démocratie et de se mobiliser pour sa prospérité.

2 – La fin de l’insécurité généralisée sur toute l’étendue du territoire de la République Centrafricaine par la mobilisation de toutes les intelligences, de tous les enfants du pays avec des volontés affirmées, soutenues et guidées par une plateforme nationale d’envergure pour garantir la paix sociale.

L’ensemble des congressistes ont unanimement voté en faveur de ces résolutions afin de trouver l’unique solution à la crise nationale, celle concernant le fonctionnement de cette coalition et de la recherche des voies et moyens nécessaires à sa réussite pour qu’enfin, le peuple centrafricain puisse se mettre au travail pour bâtir notre nation.

3- Les congressistes ont adopté à l’unanimité le nom de « COALITION SIRIRI ». SIRIRI en Sango (langue nationale) veut dire paix. Le nom de la plate-forme exprime l’engagement et la mobilisation qui nous anime afin de réussir la paix en Centrafrique. Cette appellation est en symbiose avec, ce que nous sommes et les objectifs de nos actions pour la construction de notre pays, la RCA.

La crise multidimensionnelle que traverse la RCA actuellement, nécessite de la part de ses enfants un coup d’arrêt fort et définitif aux désordres, aux tueries, aux pillages, au népotisme, au favoritisme, à la paresse, au dilettantisme, au sectarisme, à l’exclusion pour ne citer que ces fléaux majeurs afin de consolider l’unité nationale et démentir les prédicateurs de malheur qui envisagent une implosion soudaine de notre pays, comme l’avancent quelques analystes patentés de la crise Centrafricaine.

Les journées de ce premier congrès ont été riches, denses et stimulantes. La qualité du débat et l’enthousiasme des participants ont contribué au succès de la réussite de ce temps fort. Nous remercions tous les participants, tous les organisateurs et ceux qui ont rendu possible ce congrès.

La paix et la réconciliation, nous gagnerons !

Fait à Mingala, le 27 novembre 2017

 

Mr. AZIBERT AHMAT ANTOINE                                           Mr. HENRY BANDA HAROUCHA

Le Président du comité d’organisation                                       Le Rapporteur Général     

 

1026 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article