Lundi dernier, l’administration pénitentiaire avait botté en touche quand elle fut mise dos au mur, par madame Fatimé Raymonne Habré, les avocats du président Habré et la société civile qui se sont déplacés à la prison de Cap Manuel afin de vérifier les dires de Mme Habré et le démenti fait par l’administration quant à la santé effective de l’ex-président.

À l’heure du rendez-vous, l’administration pénitentiaire a mis en place un dispositif sécuritaire digne d’une manifestation de masse, bloquant tout le monde, alors que la raison pourrait simplement d’admettre à tous de venir confirmer ou infirmer de visu l’état de santé de l’ex-président. Dès alors, plusieurs observateurs se demandent que cache l’administration pénitentiaire ? Pourquoi le ministère de la Justice ne communique pas sur le moment pour s’exprimer et démontrer que l’un des camps est entrain de mentir ?

Toute cette situation obéit à cet opprobre mis en place depuis ce mauvais procès à charge, où des témoins importants ont été bloqués au Tchad, et que les chambres dites africaines puissent dans un simulacre de jugement condamné Hissein Habré.

Il faut le dire et le rappeler que dans le cas d’espèce, officiellement la famille n’a jamais évoqué un aspect de grâce médicale. Mme Habré a dans ses interventions évoqué la non-assistance de l’administration pénitentiaire envers son époux qui s’est accidentellement fracturé le bras. Elle a démontré preuve à l’appui avec des images radio la véracité de la situation, mais l’administration pénitentiaire sur instruction du ministère de la justice sénégalais dément et refuse de montrer Hissein Habré à la presse et à ses avocats.

Une fois de plus, les droits de l’ex-président Habré ont été bafoués. Et comme toujours il subit les affres de ses geôliers. Même en prison, la loi affirme qu’une personne jouit d’un accès à la santé. En effet, cette même loi rappelle que toute personne a droit à la protection de sa santé, et doit avoir un égal accès aux soins. De même, la dignité des personnes malades doit être respectée.

Tchadanthropus-tribune

974 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article