Un conflit opposant les représentants du sultan du Yao avec ceux d’un chef de canton a fait deux morts et plusieurs personnes blessées. Il faut rappeler qu’à la base de cette violence meurtrière, le refus total du Sultan d’accepter de travailler avec tous les chefs de canton de département de Fitri, dont pour lui il ne doit eu avoir aucune raison à ce que l’État crée des cantonnant dans cette zone, l’unique motif  pour lequel, le Sultan Choroma Hassan Absakin maintient toujours ses représentants dans chaque  cantonnant et ceci malgré les orientations des autorités administratives de la province du Batha et du département de Fitri. Quoi de plus important que le déplacement du chef de l’État dans cette zone pour faire régner l’ordre et permettre aux autorités traditionnelles de se collaborer pour le bénéfice de leurs populations. Il faut souligner que, quoiqu’on puisse de dire de cette violence meurtrière, si seulement le sultan rappelle ses représentants (Khalifa) et laisse les chefs de canton s’exercer librement sans leur poser des pièges, cette situation désolante n’aura pas lieu surtout pas avec des morts d’hommes.

Eu égard à cette situation douloureuse, nous lançons un cri d’alarme envers tous les fils de la province du Batha d’œuvrer ensemble afin de ramener la paix dans le département de Fitri, les autres chefs communautaires (Kouka, Madogo, Arabes et Nawarma etc.) de la province du Batha de se lever comme un seul homme et de faire raisonner le Sultan de Fitri afin d’accepter la politique des plus hautes autorités de l’État dans le département.

Le pouvoir publique doit intervenir le plus rapidement possible pour que l’autorité de l’État soit respectée par tous les antagonistes, les textes de l’État doivent être appliqués sans aucune complaisance et sans aucune hypocrisie. Que le Ministre de l’intérieure, le Gouverneur de la province du Batha, le Préfet du Département de Fitri, les Sous-Préfets de Yao et de N’Djaména Bilala s’assument et trouvent les meilleures solutions à cette crise meurtrière dont le Sultan et les chefs de canton sont les principaux responsables.

 

SIGNE : Rachid Hassan

Correspondance particulière

Tchadanthropus-tribune

1512 Vues

  • le Yao a connu qu’une seule le légende et c’était Moussa Morcho les Absakines ne sont que néocolonialisateur et ils ne sont rien que des frères de sultan Morcho assoiffé et complice avec les blancs

    Commentaire par fils de Moussa Morcho le 16 décembre 2019 à 10 h 14 min
  • Mr rachid hassan , tu racontes des conneries que tu ne maîtrise pas sur le sultan.
    si tu es journaliste il faut chercher des bonnes informations sa te donnera de valeur .
    Je t’informe que le sultan de yao ce pas n’importe qui , il est instruit mieux que toi…
    il faut te respecter et sois cool et sûr, sur ce qui sortira de tes lèvres .

    SIGNE : Adam fogba saleh au gabon.

    Commentaire par Adam fogba saleh le 21 mars 2020 à 0 h 09 min