Les ministres de l’Economie de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) ont décidé jeudi dans la capitale centrafricaine de mettre en place un comité mixte inter-Etats pour faciliter le libre-échange des biens et des personnes dans la région de l’Afrique centrale, à l’issue d’une session extraordinaire du Conseil des ministres de l’UEAC tenue à Bangui.

Lors de cette session, les ministres de l’Economie de l’UEAC ont validé un document leur permettant de s’engager à faciliter le libre-échange des biens et des personnes dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Selon Richard Filakota, ministre centrafricain de l’Economie, du Plan et de la Coopération internationale et président en exercice du Conseil des ministres de l’UEAC, l’objectif de cette session a été de renforcer la compétitivité et d’accélérer la diversification des économies dans la zone CEMAC.

M. Filakota a fait remarquer que cela faciliterait par ailleurs un bon équilibre économique et politique de la sous-région. La mise en place d’un comité mixte inter-Etats favorisera la circulation des biens et des personnes vivant dans la sous-région de la CEMAC, a-t-il ajouté.

Il a plaidé pour la consolidation de la gouvernance institutionnelle de la CEMAC, ainsi qu’un vaste chantier de réformes des instruments juridiques des six pays que compte la sous-région.

Cette session extraordinaire intervient dans un contexte où il existe encore des barrières entre les six pays de la sous-région (la Centrafrique, le Gabon, le Tchad, le Congo, le Cameroun et la Guinée équatoriale) empêchant les personnes vivant dans la communauté de circuler librement, rappellent des observateurs.

Tchadanthropus-Tribune avec Tchad Info

300 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire