Après avoir épuisé un premier mandat de 1 an et entamé une rallonge de 6 mois qui tire à sa fin, le CONOR se réveille pour prendre une note circulaire n°4 du 01/03/2023, signée par la présidente. Adressée aux dirigeants des clubs, des écoles de football et des acteurs du football, cette note informe que des consultations sont lancées pour recueillir les avis des acteurs et ceux des amoureux du football. Ces consultations visent essentiellement les causes profondes des problèmes qui minent le développement et la gouvernance du football tchadien. 

 

A cet effet, un questionnaire est élaboré par la commission de révision des textes et mis en circulation. Il est envoyé dans les capitales provinciales choisies : Abéché, Mongo, Moundou et Ndjamena, et à quelques anciens acteurs ciblés. Il comprend 4 thématiques et plusieurs questions :

 

  • 1) diagnostic du football tchadien : 6 questions ;
  • 2) gouvernance du football tchadien : 9 questions ;
  • 3) dispositif des textes de base : 13 questions ;
  • 4) suggestions : 6 questions.

 

En parcourant le questionnaire qui, dit-on, est élaboré avec le concours d’un expert de la FIFA, on peut être surpris par les thèmes choisis et les questions posées. Pourtant, la mission confiée au CONOR par le Bureau du Conseil de la FIFA est bien explicitée dans le courrier signé de Mme Fatma SAMOURA, secrétaire général. Cette mission comprend les points ci-après :

 

  • Gérer les affaires courantes de la FTFA,
  • Réviser les statuts et le code électoral de la FTFA, afin de garantir leur conformité avec les exigences et principes des statuts de la FIFA, et veiller à leur adoption par l’assemblée générale de la FTFA,
  • Elaborer avec l’aide de la FIFA, un accord de coopération entre le ministère des sports et la FTFA qui définira des responsabilités et des objectifs pour chaque partie,
  • En dernier lieu, agir en qualité de commission électorale pour l’organisation de l’élection d’un nouveau comité exécutif de la FTFA sur la base des statuts et du code électoral révisés.

 

Au vu de la manœuvre en cours, on peut bien se demander à quoi joue le CONOR ? Toutefois, pour bien comprendre les circonstances qui ont conduit à la mise en place de cette normalisation, il y a lieu de rappeler que tout est parti du retrait de la délégation de pouvoirs accordée à la FTFA, par le ministre des sports, M. ROUTOUANG Mohamed NDONGA Christian. Dans un courrier adressé à la FIFA le 27/11/2020, le ministre donne les raisons suivantes : absence de résultats des équipes nationales, malgré un financement public important ; manque de vision ; ficelage des statuts de la FTFA dont certains des articles sont contradictoires, notamment : 37.3, 37.4, 37.5 et 10. A cela s’ajoute le refus de sursoir momentanément à l’organisation de l’A.G. élective de la FTFA, prévue le 20/03/2023. Depuis, y a-t-il mieux qui puisse conforter le CONOR dans les prérogatives de la FTFA ?

 

Pour voir clair, une délégation FIFA-CAF est envoyée au Tchad, du 12 au 15/10/21. Celle-ci, après avoir écouté et échangé avec tous les acteurs, examina la situation relative à l’A.G. élective, organisée par le bureau sortant le 20/12/2020. Elle conclut son rapport en pointant les anomalies suivantes : le non-respect des exigences des articles 15d et 15 i ; 19 al.2 et 15j des statuts de la FIFA. C’est sur la base des conclusions de cette délégation que, le Bureau du Conseil de la FIFA réuni le 25/11/2021, a décidé de nommer un comité de normalisation pour la FTFA, conformément à l’article 8 des statuts de la FIFA. 

 

Organe mis en place par la FIFA, le CONOR est tenu de respecter : ses statuts, ses règlements, ses décisions et son code d’éthique. Même s’ils sont tous tchadiens, les membres relèvent exclusivement de la FIFA qui les rémunère, prend en charge leurs déplacements, leurs frais de mission et de séjour à l’étranger. Pour être complet, il est aussi clairement indiqué que les membres désignés ne peuvent être éligibles dans les postes à pourvoir lors des prochaines élections de la nouvelle FTFA, même si avant, ils démissionnent ou sont révoqués. 

 

Invité sur la chaine française Canal + sport du 24/02/2023, le vice-président du CONOR qui ne manque pas aussi d’ambition, clama haut qu’il est encore très tôt pour dresser un bilan d’activités. Ce qui sous-entend que le comité reste dans une logique de continuation et justifie sans doute les actions qu’il mène tous azimuts. Mais la réalité est, qu’on le veuille ou non, ces initiatives ne peuvent pas être comprises par des acteurs avertis, comme prises par le Tchad, Etat souverain, et la FTFA, une institution élue. Elles sont le fait du CONOR, sous le couvert de la FIFA qui, par ses statuts et règlements, a toujours refusé l’ingérence des pouvoirs publics dans les affaires de ses membres.  

 

C’est le cas : de la signature de contrat avec un équipementier en 2021, des récents accords de partenariat avec la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) et les clubs de Raja Casablanca et l’AS FAR de Rabat. Des initiatives qui auraient pu attirer l’attention de ces partenaires, sur le statut  de leurs interlocuteurs et sur leur mandat officiel délivré par les autorités tchadiennes publiques et ou fédérales. Dans tous les cas, ces accords peuvent être revus ou remis en cause par le nouvel exécutif fédéral.

 

Nous en sommes là, dans une situation dont il est difficile de dire qu’elle est en voie de normalisation. Et, si l’on ne prend garde, l’indifférence des autorités tchadiennes et le laissé faire de la FIFA, risqueraient de faire du football tchadien l’otage des ambitions illusoires de certains membres du CONOR. L’idée de refondation souvent mise en avant, est certes noble. Mais elle ne peut être l’œuvre de la FIFA, et moins encore du CONOR. Elle sera celle des dirigeants et acteurs de terrain du football tchadien, avec le soutien des autorités du ministère des sports et des instances du football international. Celle-ci passera par un retour à l’ordre fédéral, cher à la FIFA, à la CAF, à l’UNIFFAC, mais surtout au football tchadien. Bon mois du jeun et « Ramadan Karim » à tous et au football tchadien !

 

                                                                                                         BANGALI DAOUDA Boukar

                                                                                                                    Bureau d’études et conseils en sport

2385 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire