Les États-Unis vont priver le Cameroun de son traitement commercial préférentiel en raison “de violations grossières et répétées des droits humains internationalement reconnus”, selon un communiqué officiel publié jeudi.

A compter du 1er janvier 2020, le Cameroun ne sera plus “éligible” aux traitements commerciaux préférentiels accordés dans le cadre de l’African Growth and Opportunity Act, une loi devant aider au développement sur le continent africain en encourageant le commerce, précise le document des services du Représentant américain au commerce (USTR).

Le Cameroun “n’a pas fait pièce aux inquiétudes concernant les violations répétées des droits humains par les forces de sécurité camerounaises. Celles-ci concernent notamment des assassinats, des détentions arbitraires et la torture”, poursuit le document.

“Nous encourageons le gouvernement camerounais à collaborer avec les États-Unis et la communauté internationale pour renforcer la protection des droits humains dans le cadre de la loi et à punir ceux qui commettent ces actes”, écrit C.J Mahoney, le Représentant adjoint.

Le Cameroun est dirigé depuis 37 ans par Paul Biya, 86 ans.

Sous la pression de la France, de l’Union européenne et des États-Unis, le président, confronté à de multiples crises, a fini par faire des concessions.

Il a fait libérer son principal opposant, Maurice Kamto, et une centaine de membres de son parti.

Le pouvoir a aussi organisé un “Grand dialogue national” avec l’ambition affichée de dénouer le conflit meurtrier qui sévit depuis deux ans dans l’ouest du pays. Des séparatistes anglophones et l’armée s’y livrent une guerre sans merci dans laquelle plus de 3.000 personnes ont déjà trouvé la mort, selon des ONG. 

Tchadanthropus-tribune avec Amnesty internationale

435 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article