Si le président ivoirien a convié l’ensemble des chefs d’État de la CEDEAO à sa cérémonie d’investiture du 14 décembre, seule une poignée d’entre eux ont, à ce jour, confirmé leur présence. Côté français, c’est le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui fera le déplacement.

Soucieux de soigneusement mettre en scène son investiture après un scrutin pour le moins mouvementé, Alassane Ouattara voit les choses en grand. Pour cette cérémonie qui se tiendra le 14 décembre à Abidjan, le président ivoirien a convié l’ensemble des chefs d’État de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Parmi eux, deux présidents ont d’ores déjà indiqué qu’ils viendraient : le Togolais Faure Gnassingbé – proche d’Alassane Ouattara depuis plusieurs années – et son homologue ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la CEDEAO.

S’ils n’ont pas encore formellement confirmé leur présence, le président guinéen Alpha Condé – qui doit lui-même être investi pour un troisième mandat le 15 décembre – devrait également faire le déplacement dans la capitale économique ivoirienne, tout comme Macky Sall. Le chef de l’État sénégalais avait déjà participé à la prestation de serment d’Alassane Ouattara en 2015 aux côtés du président béninois de l’époque, Thomas Boni Yayi.

Pour autant, une grande majorité des chefs d’État de la CEDEAO ne devraient pas assister à l’événement, à l’instar du Nigérian Muhammadu Buhari, dont les relations avec Abidjan se sont passablement dégradées ces derniers mois (Africa Intelligence du 06/10/20). Outre les dirigeants de l’organisation régionale, Alassane Ouattara a également convié à l’événement le président rwandais Paul Kagame, qui pourrait se rendre à Abidjan pour l’occasion. Le chef de l’État mauritanien, Mohamed Ould Ghazouani, devrait également prendre part à la cérémonie.

Jean-Yves Le Drian, envoyé spécial d’Emmanuel Macron

Côté français, c’est le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui sera spécialement dépêché depuis Paris. Un déplacement qui ne devrait pas manquer d’alimenter les critiques d’une partie de l’opposition française. Ces derniers jours, plusieurs membres de l’opposition ont directement interpellé le ministre sur la situation politique en Côte d’Ivoire. Le secrétaire général du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, s’est ainsi bruyamment fendu, le 1er décembre, d’un courrier à Jean-Yves Le Drian dans lequel il a notamment dénoncé l’emprisonnement de plusieurs figures de l’opposition ainsi que le mandat “anticonstitutionnel” d’Alassane Ouattara.

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

732 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire