Dans la foulée des États-Unis, l’État hébreu affirme son soutien à la marocanité de ce territoire. Et annonce examiner l’ouverture d’un consulat à Dakhla.

Près de deux ans et demi après la signature des accords tripartites entre les États-Unis, Israël et le Maroc, qui marquaient la reprise et la consolidation des relations entre ces trois pays, l’État hébreu vient de reconnaître la souveraineté du royaume sur le Sahara occidental.

À LIRE : Sahara, Israël, France… La diplomatie du Maroc pour les nuls

La nouvelle tant attendue est arrivée par le bais d’une lettre du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, adressée au roi Mohammed VI et relayée par un communiqué du cabinet royal, annonçant « la décision de l’État d’Israël de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le territoire du Sahara occidental » et indiquant que cette position de son pays sera « reflétée dans tous les actes et les documents pertinents du Gouvernement israélien ».

Dans cette missive, Benyamin Netanyahu souligne en outre que cette décision sera « transmise aux Nations unies, aux organisations régionales et internationales dont Israël est membre, ainsi qu’à tous les pays avec lesquels Israël entretient des relations diplomatiques ». Il précise qu’Israël examine positivement « l’ouverture d’un consulat dans la ville de Dakhla » et ce, dans le cadre de la concrétisation de cette décision d’État.

Approbation du monde des affaires

« C’est une décision importante, signe supplémentaire du développement de la coopération israélo-marocaine, qui va faciliter et encourager les investissements israéliens dans les provinces du Sud, mais aussi ceux des autres pays en général », explique un proche du Palais.

Un point de vue partagé par ce politologue, enseignant à l’université Mohammed V de Rabat : « Il s’agit de consolider les soutiens à la marocanité du Sahara aux États-Unis et en Europe, et de conforter la dynamique favorable créée dans la région ces dernières années, avec les nombreuses avancées comme la reconnaissance américaine, le soutien au plan d’autonomie défendu par le Maroc par plus de 15 pays européens, dont l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas, la Suisse…, l’ouverture de 28 consulats de pays africains, arabes et latino-américains… »

À LIRE: La Palestine est-elle toujours une priorité pour le Maroc ?

Tout cela montre que le Maroc consolide ses alliances et conforte ses positions, ce qui pourrait gêner davantage les pays encore réticents à prendre des positions plus tranchées sur cette question du Sahara, notamment la France. Parallèlement à cela, Rabat rappelle la position constante de la monarchie en faveur des droits légitimes du peuple palestinien, que le souverain avait élevé au rang de cause nationale.

Jeune Afrique

1350 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire