01/02/16: TCHAD/Djiddi Salah – DG de l’ANS – le grand manipulateur de la République: De sources bien informées, depuis la nomination de cet homme de lige à la direction de l’agence nationale de sécurité (ANS – police politique du régime Deby et du MPS), Djiddi Salah Kedellaye tisse diablement sa toile au risque d’en offusquer plus d’un au Tchad. Comme certains proches d’Idriss Deby dans les années 2000 – 2001, il a su astucieusement compris l’esprit d’Idriss Deby Itno, qui de manière vociférante rejette tout de go, toute personne qui lui indiquerait que tel cadre est un dévolu de Timan Erdimi. Il a réussi aisément de faire le nettoyage en permettant l’éviction de certains jadis collaborateurs de Deby, ou du moins les laisser dans le collimateur de celui-ci. (Mahamat Saleh Annadif, Rakhis Manany, Moustapha Terap, Korom Ahmed, Mahamat Zène Fadil, Ousman Djidda, Abakar Adoum Haggar, Mahamat Hissein, Hassan Adoum Bakhit pour ne citer que ceux-là) font partie de ce cercle, même s’il a permis à certains d’entre eux de retrouver du travail, c’est pour mieux les avoir de son côté. Au sein du MPS, il souffle le chaud et le froid entre le 1er ministre Payimi alias mollusque argenté et le SG du MPS Emanuel Nadingar la souris qui avait reçu un coup de fil de Deby sous l’influence de Djiddi, que ce dernier viendrait en hélicoptère mettre en place le SG MPS régional de Moussoro (Djiddi Bichara), un déplacement non fait, juste un coup de bluff. À sa sortie de l’audience, Djiddi rappelle Nadingar et lui demande si le président l’a appelé ? Histoire de le déstabiliser, se mettre en pool position en discréditant ses adversaires politiques dans la région du Bahr Ghazel. Il tient entre ses filets Haroun Kabadi l’autre voleur des cahiers (scandale des projets à l’éducation nationale). À chacun de ces responsables, il leur brandit qu’il pourrait influencer auprès de Deby la nomination de son adversaire politique, comme s’était le cas avec Payimi quand il lui a refusé la nomination d’un de ses proches, en lui exhibant l’effigie Padaré alias feu de brousse citron pressé. Fort de la confiance que lui voue Idriss Deby, il instruit certains ministres en les convoquant dès fois dans son bureau de l’ANS prétextant que c’est sur les instructions de Deby que telle nomination devrait être opérée, ou que tel engagement financier devrait être établi. Dans des démarches parallèles à la médiature, il s’est substitué complètement  au médiateur de la République, amorphe et dépassé, en jouant pleinement le rôle des personnes devant rallier le système. Le médiateur officiel se cramponne à l’exercice domestique d’éteindre les petits incendies. C’est ainsi qu’il obtint de l’ex-ministre de l’Urbanisme feu Gata l’acquisition d’un terrain dans un domaine de l’état, que pourtant les autorités de la ville avaient refusé indiquant que le terrain est sur un domaine de l’état, et est la place publique de Moussoro. Le terrain acquis par ce tour de passe-passe, il fait mettre en projet la construction d’un palais (notre photo – valeur inestimée – la somme faramineuse de 600 millions) qui devrait abriter son intronisation comme chef de canton (nommé par décret par Idriss Deby). Djiddi Saleh est l’ordonnateur indirect du journal le Potentiel que dirige le journaliste Brice qui émarge sur la liste de l’ANS. Brice est le toton flingueur de Djiddi, comme ABBA Garde flingue pour le compte de Taher Erda qui cherche lui aussi à flinguer certains cadres du ministère des Finances afin de proposer ses proches. À l’œuvre de renforcer la sécurité, Djiddi vient d’opérer le recrutement de 300 éléments à l’ANS, tous issus de sa région. Qu’est-ce qui lui donne tout ce pouvoir d’influence auprès du président tchadien ? Selon certains observateurs, ce bi national (Franco-tchadien) comme les nombreux qui gouvernent au pays, dit dans le secret de son cercle qu’il détient des choses qui pourraient exploser le régime et son président. Vraies ou fausses, au Tchad, les rumeurs sont souvent comme l’adage, il n’y a pas de fumée sans feu.  
232 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article