La Communauté économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) était réunie à Kinshasa, samedi 25 février, pour sa 22ème session ordinaire des chefs d’États et de gouvernement. Le président de la RDC, Félix Tshisekedi, président en exercice, a passé le témoin à son homologue Ali Bongo Ondimba, dont le pays, le Gabon, accueillera la prochaine session en juillet. L’organisation s’est félicitée du processus de transition amorcée au Tchad.

 

Tous les pays de la CEEAC ou presque étaient représentés à Kinshasa, samedi 25 février, au plus haut niveau à cette réunion, à l’exception du Rwanda. Son ministre des Affaires étrangères, représentant le président Paul Kagame, y a participé par visioconférence. Et le Tchad a occupé une place importante dans ces travaux.

 

Dans la déclaration finale, la conférence a pris note de la volonté affirmée de toutes les parties prenantes tchadiennes, y compris celles qui n’ont pas pris part au dialogue inclusif et souverain, de participer activement au processus de transition.

 

« La conférence a salué la disponibilité des autorités de la transition à collaborer sans réserve avec la CEEAC dans le cadre du travail, de la facilitation ainsi que dans le cadre de la mission d’enquête pour l’établissement des faits sur les événements survenus le 20 octobre 2022 », a déclaré Didier Mukanzu Mazenga le ministre de la République démocratique du Congo (RDC) en charge de l’Intégration régionale et de la Francophonie.

 

Les manifestations du 20 octobre 2022 ont été réprimées dans le sang : 128 personnes ont perdu la vie ce jour-là, selon le rapport de la Commission nationale des droits de l’Homme. La RDC était aussi au menu des discussions, la CEEAC ayant renouvelé son appel au M23 de mettre fin aux violences et de déposer les armes.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Rfi

2018 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire