Réputée pour assurer de délicates médiations africaines, la communauté de Sant ‘Egidio proche du Vatican, vient de convier plusieurs personnalités centrafricaines à Rome pour préparer le prochain forum de Bangui. Cet événement est censé se tenir dans les semaines à venir dans la capitale centrafricaine. Il doit permettre d’encourager la réconciliation nationale et d’amener ce pays à organiser la prochaine présidentielle dans les meilleures conditions.

 

Quatre anciens chefs de gouvernement – Enoch Derant LakouéAnicet-Georges DologuéléMartin Ziguélé et Nicolas Tiangaye – ont fait le déplacement en Italie où se trouvent par ailleurs la vice-présidente du Conseil national de transition (CNT), Léa Koyassoum Doumta, ainsi que Béatrice Epaye, ex-ministre du commerce de François Bozizé. Cette dernière a été désignée par Catherine Samba-Panza pour diriger le comité préparatoire du forum de Bangui. Des personnalités comme Désiré Kolingba, qui a pris, mi-février, la tête du Rassemblement démocratique centrafricain (RDC) fondé par son père, l’ex-président André Kolingba, le professeur Gaston Nguérékata, candidat à la prochaine présidentielle, et Karim Meckassoua, ancien ministre de François Bozizé proche de Denis Sassou Nguesso, assisteront également à ces pourparlers.

 

Médiateur dans la crise centrafricaine, le chef d’Etat congolais devrait profiter d’une visite officielle en Italie pour s’inviter aux débats, le 27 février. En revanche, Sant-Egidio a totalement exclu de ces discussions les signataires de l’accord de Nairobi, dont François Bozizé et son tombeur Michel Djotodia. Cet accord est considéré comme nul et sans effet par la communauté internationale et les autorités actuellement en place à Bangui (LC nº697 et LC nº699). 

 

La Lettre du Continent.

 

191 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article