Le président tchadien, Idriss Déby, rejette aujourd’hui la possibilité d’intervenir en Centrafrique afin d’empêcher un éventuel coup d’état militaire du Séléka, qui se trouve aux portes de Bangui. « Il faudra arriver à une solution sans verser du sang », affirme M. Déby qui estime qu’ « il faut qu’ils (les Centrafricains) se comprennent entre eux, qu’ils arrêtent la violence, surmontent les difficultés et mettent en exécution les accords de Libreville ». Le Tchad est considéré comme le protecteur du régime du président centrafricain, François Bozizé.

(Source : AFP) 

242 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article